S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Denormandie continue sa croisade pour les protéines végétales

réservé aux abonnés

 -
Julien Denormandie a demandé que les aides couplées soient déplafonnées et accessibles aux mélanges de graminées et légumineuses. ©Cédric FAIMALI

Devant ces homologues européens, le ministre français de l’Agriculture, Julien Denormandie, a plaidé pour que l’Union européenne soutienne davantage la production de protéines végétales.

« Le développement des protéines végétales est un enjeu important pour l’agriculture européenne, sur le plan environnemental comme sur le plan économique. » C’est ainsi que Julien Denormadie a entamé son discours pour la promotion de la production de protéines végétales au niveau européen, devant les ministres de l’Agriculture des États membres, lors du conseil “agriculture...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Le développement des protéines végétales est un enjeu important pour l’agriculture européenne, sur le plan environnemental comme sur le plan économique. » C’est ainsi que Julien Denormadie a entamé son discours pour la promotion de la production de protéines végétales au niveau européen, devant les ministres de l’Agriculture des États membres, lors du conseil “agriculture et pêche” ce 21 septembre 2020.

Le ministre de l’Agriculture français a porté auprès de la Commission européenne et de la présidence allemande une déclaration en faveur des protéines végétales. Réduire la dépendance aux importations de protéines végétales, mais aussi d’intrants azotés, améliorer la qualité des sols, réduire les émissions de gaz à effet de serre, sécuriser les approvisionnements pour les éleveurs, répondre à la demande sociétale en protéines végétales pour l’alimentation humaine… Ce dernier a égrainé une longue liste d’avantages à produire des protéines végétales dans l’Union européenne. Lui qui s’était déjà félicité de débloquer plus de 100 millions d’euros pour les protéines végétales lors de la présentation du plan français de relance.

À lire aussi : Les trois axes du plan protéines (03/09/2020)

Facilité la mise en œuvre d’aides couplées

« Les outils de la Pac et, en particulier, les aides couplées font partie des leviers pour développer ces productions. Les États membres doivent disposer dans le futur règlement des flexibilités nécessaires pour mettre en œuvre efficacement les aides couplées aux légumineuses », a-t-il insisté.

Le ministre français a également plaidé pour que le critère d’accès aux aides couplées « visant à les limiter aux secteurs en difficultés » soit revu et que les aides ne soient pas plafonnées et soient accessibles aux mélanges de graminées et de légumineuse. Plusieurs États membres ont exprimé leur soutien à la France sur ce sujet, comme l’Espagne, le Danemark, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, la Belgique et l’Autriche.

D’autres instruments dans le futur ?

Le commissaire européen à l’Agriculture, Janusz Wojciechowski, s’est dit très favorable à la réduction de la dépendance européenne aux importations. « C’est un sujet qui me tient à cœur. Il est logique que nous essayons de développer les cultures à fort taux de protéines chez nous. J’aimerais améliorer le degré d’autonomie de l’Union européenne. C’est une question de sécurité alimentaire, mais aussi de responsabilité environnementale. »

Le commissaire à l’Agriculture a mentionné une « une palette d’instruments favorables aux cultures protéagineuses » prévues par la Commission européenne dans ses propositions pour la réforme de la Pac. Il a évoqué des aides à la production de soja, des programmes régionaux pour les protéines végétales, ou encore une majoration, facultative, de 2 % des aides du premier pilier.

Marie Salset
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER