S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le hors-cage continue de gagner du terrain

réservé aux abonnés

 -
Sur le premier semestre de 2019, les œufs issus de systèmes alternatifs représentent 56 % des achats des ménages en magasin. © Cédric Faimali/GFA

En France, la production et la consommation d’œufs alternatifs poursuivent leur progression. Pour autant, les systèmes en cages aménagées continuent de prévaloir dans le secteur des ovoproduits.

L’œuf ne connaît pas la crise de la consommation. Après avoir progressé de 1,9 % en volume et de 3,5 % en valeur sur un an en 2018, les ventes en grande distribution restent sur une dynamique favorable. « Sur le premier semestre, elles augmentent de nouveau de 1,8 % en volume par rapport à l’an passé et la tendance devrait se confirmer en valeur », confirme Philippe Juven, le président du Comité national...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’œuf ne connaît pas la crise de la consommation. Après avoir progressé de 1,9 % en volume et de 3,5 % en valeur sur un an en 2018, les ventes en grande distribution restent sur une dynamique favorable. « Sur le premier semestre, elles augmentent de nouveau de 1,8 % en volume par rapport à l’an passé et la tendance devrait se confirmer en valeur », confirme Philippe Juven, le président du Comité national de la promotion de l’œuf (CNPO), lors d’une conférence de presse ce mardi 8 octobre 2019 à Paris.

« Un tiers des ménages achète bio »

En juillet dernier, les achats des ménages en magasins représentaient en volume 48 % de la consommation française totale. Sur ce débouché, la part des œufs produits en systèmes alternatifs à la cage représente 56 % des ventes sur le premier semestre de 2019, contre 52 % sur la même période en 2018. Dans le détail, les œufs issus de systèmes en plein air (dont le label rouge) expliquent 32 % des achats, suivis des œufs bios (19 %) et au sol (5 %).

« De janvier à juillet, un ménage sur trois a acheté des œufs bio, rapporte Maxime Chaumet, secrétaire général du CNPO. C’est une progression de 11,7 % par rapport à l’an passé. » Pour autant, les œufs issus de systèmes en cages expliquaient toujours 44 % des achats des ménages en magasin sur la même période.

La cage domine en ovoproduits

Concernant les ovoproduits, qui expliquent 39 % de la consommation d’œufs en France, la progression des systèmes alternatifs est moins marquée. « En sept ans, nous enregistrons trois fois plus d’œufs alternatifs », souligne toutefois Loïc Coulombel, vice-président du CNPO. En 2018, les œufs issus de poules élevées en cages représentaient 71 % des fabrications d’ovoproduits, devant le plein air (14 %), les systèmes au sol (13 %) et le bio (2 %).

Pour Loïc Coulombel, « la dynamique des œufs alternatifs va se poursuivre. Ils entrent parfaitement dans le cadre de la loi issue des États-généraux de l’alimentation, qui vise notamment à atteindre 50 % de produits bio et sous signe de qualité à partir de 2022. À cet égard, les industriels ont pris des engagements. »

La transition des élevages s’accélère

Du côté des producteurs, « la part des poules en élevages alternatifs a plus que doublé », se félicite le vice-président du CNPO. Alors que la filière s’est fixée comme objectif d’atteindre 50 % d’œufs produits en systèmes hors cage à l’horizon de 2022, « il devrait être atteint dès 2021 », assure-t-il. La dynamique est notamment marquée en poules pondeuses bio, dont les mises en place ont augmenté de 27 % sur un an au premier semestre de 2019.

V. Gu.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER