S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La cotation de la poudre 0 % amorce un redressement qui devrait se poursuivre

Produits industriels. La demande mondiale de poudre de lait apparaît toujours forte et l’Europe reste leader sur ce marché. La demande sur le beurre est moins tendue.

Depuis début septembre, la hausse de la cotation de la poudre de lait écrémée se dessine. C’est un mouvement général en Europe. Les stocks de poudre d’intervention qui avaient été achetés par les opérateurs ont fini de s’écouler pendant l’été et la demande mondiale sur ce produit reste excellente. Sur les sept premiers mois de l’année, l’UE a exporté plus de...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Depuis début septembre, la hausse de la cotation de la poudre de lait écrémée se dessine. C’est un mouvement général en Europe. Les stocks de poudre d’intervention qui avaient été achetés par les opérateurs ont fini de s’écouler pendant l’été et la demande mondiale sur ce produit reste excellente. Sur les sept premiers mois de l’année, l’UE a exporté plus de 600 000 t de poudre 0 %, un record qui dépasse de 28 % le volume de 2018. Cette tendance devrait se poursuivre car nos concurrents sur le marché mondial voient leur collecte stagner ou ralentir. Dans l’UE toujours, la ressource laitière pourrait être réduite par les déficits fourragers liés à la sécheresse. Le marché de la poudre devrait donc se tendre à l’automne. Mais il est loin du sommet de début 2014 à 3 300 €/t.

La situation du beurre est différente avec des stocks qui restent importants malgré la hausse des exportations européennes au premier semestre. La cotation s’est stabilisée depuis août après avoir perdu près de 1 000 €/t en six mois. En fonction de la disponibilité en lait dans les mois qui viennent, elle pourrait se relever un peu mais sans retrouver son niveau du printemps. Les cours des fromages ingrédients sont remarquablement stables depuis le début de l’année. Le marché est très équilibré avec une consommation euro­péenne toujours en hausse.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER