S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Aucun déséquilibre sur les marchés, mais toujours pas de hausses sur les cotations

réservé aux abonnés

 - -->

Produits industriels. La demande asiatique tire le marché mondial. Mais les cotations européennes sont handicapées par un euro fort et un certain attentisme des opérateurs.

La crise sanitaire, avec ses confinements, ne semble pas affecter outre mesure les marchés laitiers, du moins pour l’instant. La demande sur les produits industriels et les produits de grande consommation reste très bonne. Du côté de l’offre, nous sommes encore dans la zone basse de la collecte pour l’hémisphère nord (USA et UE) et celle de la Nouvelle-Zélande s’est ralentie. Les hausses modérées de...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
39%

Vous avez parcouru 39% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La crise sanitaire, avec ses confinements, ne semble pas affecter outre mesure les marchés laitiers, du moins pour l’instant. La demande sur les produits industriels et les produits de grande consommation reste très bonne. Du côté de l’offre, nous sommes encore dans la zone basse de la collecte pour l’hémisphère nord (USA et UE) et celle de la Nouvelle-Zélande s’est ralentie. Les hausses modérées de la production en 2020 dans les différents bassins ont été facilement absorbées. Les achats de l’Asie (Chine en tête), qui en a terminé avec le Covid-19, apportent la dynamique nécessaire aux marchés. On observe même une tension sur la poudre avec une disponibilité qui se réduit et des stocks très bas. Pour autant la hausse des cotations tarde à se montrer. Nous sommes environ 400 € en dessous de la cotation 2019 à la même époque. En cause une parité euro-dollar toujours défavorable mais aussi un certain attentisme des acheteurs sur le long terme. Ainsi, beaucoup d’affaires se sont conclues sur le premier trimestre mais il y a moins de visibilité sur le second. Pour le beurre, l’arrêt de la restauration hors foyer reste un handicap même si les achats des ménages en grande distribution ont compensé en partie. Les exportations européennes ont aussi marqué le pas au deuxième semestre.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER