S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le froid a stabilisé les prix

réservé aux abonnés

 -

Malgré une demande molle, affectée par le couvre-feu, la collecte ralentie permet de tenir les cotations à un bon niveau pour la période.

La vague de froid que nous connaissons a stabilisé les prix du lait Spot en semaine 7, alors que l’on pouvait attendre un fléchissement à cette période où la collecte est sur une pente ascendante. Les basses températures sont venues modérer cette hausse, et cela devrait se poursuivre sur la dernière semaine de février. Il faut noter aussi que la collecte nationale est très en dessous de son niveau de l’an dernier. Les...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La vague de froid que nous connaissons a stabilisé les prix du lait Spot en semaine 7, alors que l’on pouvait attendre un fléchissement à cette période où la collecte est sur une pente ascendante. Les basses températures sont venues modérer cette hausse, et cela devrait se poursuivre sur la dernière semaine de février. Il faut noter aussi que la collecte nationale est très en dessous de son niveau de l’an dernier. Les sondages hebdomadaires de FranceAgriMer sont restés entre - 4 et - 5 % sur tout le mois de janvier.

Moins d’achats en semaine pour les consommateurs

Il y a donc moins de matière disponible pour la demande en lait Spot qui, rappelons-le, est un marché d’ajustement pour les industriels. Mais ceux-ci font valoir que la consommation de produits laitiers est devenue plus molle ces dernières semaines. Avec un couvre-feu à partir de 18 h, les consommateurs sont moins présents dans les grandes surfaces en semaine. Les achats du week-end sont davantage planifiés et moins spontanés. Cela s’ajoute à l’absence de la restauration hors foyers. L’exportation, notamment vers l’Italie, ne tire pas non plus la demande vers le haut. Pour autant, le marché n’est pas déséquilibré et le lait présent trouve acheteurs. Cela explique la stabilité des cours qui, à 300-310 €/1 000 l, restent à un bon niveau pour la période.

Retrouvez tous les chiffres dans notre observatoire

Dominique Grémy
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER