S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Un climat plus apaisé »

réservé aux abonnés

 -
Photo d’illustration. © Agnès Massiot/GFA

Faisant suite au dernier comité de suivi des négociations commerciales, le ministère de l’Agriculture indique que le « climat semble plus apaisé que les années précédentes ». Les indicateurs de coûts de production sont mieux pris en compte dans la construction des prix.

« Ces négociations semblent se dérouler dans un climat plus apaisé que les années précédentes même si les situations sont différenciées », constate le ministère de l’Agriculture. Un nouveau comité de suivi des négociations commerciales s’est réuni le 17 janvier 2020, en présence de Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, d’Agnès Pannier-Runacher...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Ces négociations semblent se dérouler dans un climat plus apaisé que les années précédentes même si les situations sont différenciées », constate le ministère de l’Agriculture. Un nouveau comité de suivi des négociations commerciales s’est réuni le 17 janvier 2020, en présence de Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et des représentants des producteurs, des transformateurs et des distributeurs.

« Les professionnels soulignent l’amélioration des échanges sur la construction des prix à partir des indicateurs de coût de production élaborés par les interprofessions avec des disparités selon les secteurs », indiquent les deux ministres.

Des clarifications semblent avoir été apportées sur la question du contournement de la loi sur l’encadrement des promotions par les distributeurs. Selon les deux ministères, « les lignes directrices de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont été adaptées au début de l’année pour clarifier l’interdiction d’opérations promotionnelles contraires à l’esprit de la loi ».

Plus d’excuse

La FNSEA et JA insistent sur « la nécessité de transformer les progrès constatés en 2019 dans le secteur laitier en de vrais résultats probants pour l’ensemble des agriculteurs ». « Plus d’excuse ! », ont-ils fait savoir à tous les acteurs et aux deux ministres. « La loi sur l’alimentation est dorénavant pleinement opérationnelle, elle doit s’appliquer sans exception. »

« Des engagements doivent être pris sur tous les volumes et toutes les productions ! Ce n’est que de cette manière que les agriculteurs verront dans les EGA une avancée pour leurs revenus », clament les deux syndicats.

Une prochaine réunion de suivi est prévue au cours de février.

Marie Salset

À lire aussi actuellement :

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER