S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Mammite colibacillaire : observez les premiers signes

réservé aux abonnés

 - -->
Aux cornadis : la première et la dernière vaches, ici, sont apathiques, contrairement aux autres qui sont attentives à l’environnement.

Comportement. La vache réagit à une infection à Escherichia coli avant même l’expression clinique. Une équipe de chercheurs a identifié les attitudes qu’elle développe.

L
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L

a recherche se préoccupe de plus en plus du bien-être animal. Des programmes sont mis en place pour mieux comprendre le comportement des animaux et prendre en compte leur douleur en cas de maladie. C’est ce que font ensemble les écoles vétérinaires VetAgro Sup Lyon et ENV Toulouse, l’Inra de Clermont-Ferrand et de Tours. « Les mammites sont une cause d’altération du bien-être des vaches. Au cours de travaux de l’Inra de Tours et de l’ENVT pour de nouveaux vaccins contre Escherichia coli, nous avons étudié la douleur liée à la mammite », indique Alice de Boyer des Roches, de l’UMR Her­bivores Inra-VetAgro Sup. Une suspension bactérienne d’E. coli non pathogène est inoculée dans le quartier sain de la mamelle de six prim’holsteins. « Le développement de la mammite est mesuré par les comptages cellulaires et bactériens dans le lait. Parallèlement, nous avons observé leur réponse comportementale et suivi leur réponse physiologique par le taux de cortisol et d’haptoglobine dans le sang et la température ruminale. » Le premier est un indicateur du niveau de stress de l’animal, les deux autres du niveau de la réponse inflammatoire.

Soulager la douleur

Quatre phases sont identifiées.

 Avant le déclenchement de la mammite. La vache est attentive à son environnement. Elle tourne la tête et alterne régulièrement les postures debout et couchée.

Phase préclinique : quatre à huit heures après l’inoculation. La bactérie se multiplie de façon exponentielle mais sans que les comptages cellulaires augmentent. « Les vaches réagissent moins à leur environnement. Elles sont abattues. Leurs changements posturaux sont moins fréquents. » Ce comportement se traduit physiologiquement par une petite hausse du taux de cortisol. « Elles ressentent un inconfort mais ne semblent pas exprimer de douleur. »

 Phase aiguë :  douze à vingt-quatre heures après l’inoculation. La concentration en E. Coli dans le lait est maximale et les comptages cellulaires augmentent. « Les animaux restent apathiques et changent encore moins souvent de posture. » Ils ont aussi une température ruminale et un taux de cortisol élevés. Ils sont en état de stress important. « Ils ressentent la douleur. »

 Phase de rémission : après vingt-quatre heures. Leur comportement revient à la normale, tout comme leur réaction physiologique, hormis l’haptoglobine. Son niveau élevé indique que l’état de la vache reste inflammatoire. « Les vaches ne ressentent plus ni inconfort ni douleur. »

Deux conclusions sont tirées. La première : en phase aiguë, en plus de l’antibiotique, on peut administrer un anti-inflammatoire pendant deux jours pour soulager la douleur. La seconde : l’observation des animaux contribue à dépister la mammite colibacillaire avant son expression clinique. « Dans les troupeaux, on pourra s’aider d’un podomètre. »

Claire Hue
Dans la stabulation : le dos est voussé, la queue plaquée contre l’arrière-train et la tête basse. © Photos : UMR 1213 Herbivores – équipe Caraibe
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER