S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Des déclarations Pac en visioconférence »

réservé aux abonnés

 -
Les dossiers Pac pourront commencer à être déposés sur Telepac à partir du mercredi 1er avril. © S. Champion

Le 1er avril 2020 sonnera l’ouverture de la campagne des déclarations Pac. Face aux mesures de confinement, les organismes proposant un accompagnement aux agriculteurs s’organisent pour remplir les dossiers à distance.

Un défi imposé par le confinement et l’épidémie de coronavirus que ces différents organismes se disent prêts à relever, même s’ils craignent de ne pas tenir les délais du 15 mai 2020. Chaque année, d’avril à la mi-mai, les 17 conseillers du Cerfrance Saône-et-Loire se consacrent presque exclusivement au remplissage des déclarations Pac de 850 adhérents. Un service dont ne pourraient...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Un défi imposé par le confinement et l’épidémie de coronavirus que ces différents organismes se disent prêts à relever, même s’ils craignent de ne pas tenir les délais du 15 mai 2020. Chaque année, d’avril à la mi-mai, les 17 conseillers du Cerfrance Saône-et-Loire se consacrent presque exclusivement au remplissage des déclarations Pac de 850 adhérents. Un service dont ne pourraient pas se passer la moitié d’entre eux qui n’utilisent pas l’internet. Et cette fois, circonstances obligent, il faudra travailler à distance.

« Ne pas attendre »

Un défi auquel s’est préparé Sylvain Bernizet, directeur du marché agricole : « Pour les exploitations d’élevage tout en herbe, sans grand changement, ce sera assez simple : une validation par téléphone sera suffisante. Il ne faut pas attendre pour demander l’aide aux bovins allaitants. » Mais chez les céréaliers, pour la découpe des parcelles et le calcul des surfaces d’intérêt écologique (SIE), l’affaire se corse.

« Nous sommes en train de tester des systèmes de visioconférence avec partage d’écran, décrit Sylvain Bernizet. L’agriculteur recevra un mail et n’aura qu’à cliquer sur un lien pour se connecter. » Si l’exploitant a un logiciel de suivi des cultures, l’assolement peut être récupéré dans Telepac. Pour les dossiers les plus compliqués, il faudra attendre la fin du confinement, certainement au début de mai, pour un rendez-vous au bureau.

« Le conseiller validerait en temps réel »

À la chambre régionale d’agriculture de la Normandie, différentes solutions sont également à l’essai pour accompagner les 3 000 clients. « Nous testons différents outils pour choisir le plus simple d’utilisation et susceptible d’être installé chez tous nos clients, précise Mickaël Mauger, chef produit Pac. On est en train de valider les modalités. Ce sera un partage de l’écran entre le conseiller et l’agriculteur et non un contrôle de l’ordinateur. Le conseiller validerait en temps réel la télédéclaration sur Telepac. Une partie de nos clients disposent de l’outil MesParcelles, ce qui nous facilitera la déclaration de surfaces. On pourrait commencer les rendez-vous d’ici au début de la semaine prochaine. »

Chez Cerfrance Nord-Pas-de-Calais, les conseillers télétravaillent depuis le 17 mars 2020 avec les mêmes outils qu’en agence. Tous les rendez-vous pour les déclarations Pac se feront en visioconférence via Skype Entreprise. Sur son écran, l’agriculteur verra son parcellaire et devra indiquer oralement au conseiller la localisation des cultures, des SIE et le cas échéant comment découper les parcelles.

Des explications à distance qui risquent d’être fastidieuses, anticipe la responsable des métiers, Isabelle Gillet : « En temps normal, un conseiller réalise 4 à 6 déclarations par jour. À distance, nous nous attendons à une production moindre. » En 2019, 43 conseillers ont réalisé 2 900 déclarations. Pourront-ils traiter le même volume d’ici au 15 mai 2020 ? « Cela sera difficilement tenable… Mais nous mettrons tous les moyens en place et nous comptons sur la compréhension de nos adhérents », précise Isabelle Gillet.

Une autre source d’inquiétude concerne l’important retard pris par les tiers dans les démarches administratives : « En cas de création de sociétés, aurons-nous à temps les justificatifs nécessaires pour les demandes de nouveaux numéros de pacage, pour télédéclarer ou transférer les DPB ? »

Vers un report du délai au 15 juin ?

Les trois conseillers comptent sur le report de la date légale de déclaration jusqu’au 15 juin comme l’a proposé la Commission européenne le 17 mars 2020. Une opportunité que la France pourrait saisir au cours du mois d’avril après l’ouverture de la campagne de télédéclaration, selon certaines sources syndicales.

Alexis Marcotte et Sophie Bergot
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER