S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Production : du choix pour fabriquer des vaches qui durent

réservé aux abonnés

 - -->

Corps. L’offre de taureaux montbéliards à fort potentiel lait est riche cette année de quelques pépites qui, outre la solidité aplombs-mamelle indispensable pour avoir des vaches qui vieillissent, impriment des dimensions de corps remarquables.

Les taureaux associant potentiel lait-solidité du pis et des aplombs, permettant à leurs filles d’encaisser les lactations, ne sont plus une exception. Comme l’an dernier, notre sélection de profils production réalisée en ce sens (voir tableau ci-dessous) voit émerger douze géniteurs disponibles (treize l’an dernier). Six sortent de l’écurie Umotest, six de celle de Jura-Bétail (Eva Jura). Parmi ces douze gé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
10%

Vous avez parcouru 10% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les taureaux associant potentiel lait-solidité du pis et des aplombs, permettant à leurs filles d’encaisser les lactations, ne sont plus une exception. Comme l’an dernier, notre sélection de profils production réalisée en ce sens (voir tableau ci-dessous) voit émerger douze géniteurs disponibles (treize l’an dernier). Six sortent de l’écurie Umotest, six de celle de Jura-Bétail (Eva Jura). Parmi ces douze géniteurs, ils sont moins d’une dizaine à révéler, au-delà d’un excellent duo d’index membres-aplombs, d’autres vrais atouts en morphologie, notamment en corps. Du côté d’Umotest, Neurock, Omer et Noking sont de ceux-là.

Neurock : la pépite issue d’un typage d’opportunité

Neurock, à 154 d’Isu, est pour Guillaume Fayolle, responsable du schéma Umotest, le profil de taureau qu’on avait jusqu’alors du mal à produire. Comprenez : associant un potentiel à plus de 1 000 kg de lait (1 131 kg) sans dégrader le TP (0). Reste à les multiplier en y associant un TB qui ne soit pas négatif, comme l’est celui de Neurock (- 2,3). Ce champion du lait est une pépite issue d’un typage d’opportunité (Umotest en réalise 1 000 par an sur un total de 2 500 veaux typés). En effet, au-delà de son rassurant 108 en aplombs et 114 en mamelle, il a des dimensions de corps excellentes (dont un 114 en largeur de poitrine) et une aptitude bouchère neutre (103). Cerise sur le gâteau : outre sa vitesse de traite (105) sans faille, point commun de tous les taureaux de notre sélection, il imprime un tempérament docile (113)… Idéal pour des troupeaux qui s’agrandissent, où le temps est compté.

À 152 d’Isu, Omer, premier fils de Lelabel sorti (trois autres sont attendus), est dans la même veine avec un 116 en corps, 106 en largeur de poitrine et le même duo vitesse de traite (112)-tempérament (114). Seul point de vigilance de sa morphologie : la valeur bouchère (92), héritage de son support maternel, une Fadil/Robin. Comme Neurock, Omer associe potentiel (930 kg) et TP neutre (0,1), sans le défaut de TB (0,1). Comme Neurock, mais un cran au-dessus en santé mamelle (0,7/0,1), Omer combine trois fonctionnels positifs.

Un ton en dessous en Isu, Noking se distingue aussi, à 910 kg, par une synthèse morphologique à 122, traduction d’un profil sans défaut… sauf l’aptitude bouchère (90). Les dimensions de corps sont là aussi remarquables (115) : 107 en largeur de poitrine, 112/115 en profondeurs. Si Noking n’est qu’à 137 d’Isu, c’est qu’il est crédité d’un - 0,6 en santé mamelle et - 0,7 en reproduction. Ce n’est pas un fils de Jombrik JB (- 0,3 en STMA, - 0,7 en reproduction) pour rien, de surcroît sur un support Brink (- 0,3 en STMA). La vitesse de traite (109) et le tempérament de ses filles (128) sont également ses atouts, comme celui d’être utilisable sur génisses (89).

Hélux encaisse bien les indexations

Autre profil lait made in Umotest et seul taureau confirmé de notre sélection (1 329 filles dans ses index production) pour la seconde année consécutive, Hélux n’est pas de la trempe de la nouvelle génération en morphologie (101 en synthèse, 89 en corps). S’il est encore là, c’est qu’à chaque indexation, il a progressé en lait, faisant mieux que digérer la base mobile. Il est à 1 218 kg, n° 1 des taureaux disponibles devant Neurock (1 131 kg), Mercato JB (1 127 kg) et Nortug JB (1 049 kg). Il a aussi comme argument son 0,8 en santé mamelle, 127 en tempérament et de passer sur génisses (89).

Nabim JB, dans la veine de Neurock

Éliminé de justesse de notre sélection pour son 104 en aplombs, Nabim JB, à 148 d’Isu, est à Jura-Bétail ce que Neurock est à Umotest. Il associe un potentiel à 920 kg, avec un 117 en morphologie qui doit notamment à une mamelle à 110 et un corps à 120. Toutes ses dimensions sont sans failles : 107 en largeur de poitrine, 127 et 113 en profondeurs, 137 en longueur de bassin, 108 et 115 pour ses largeurs… Bref, le genre de taureau qu’on n’avait pas l’habitude de voir jusqu’alors dans des profils très laitiers. Rare pour un géniteur à ce niveau de potentiel, il jouit d’un 0,4 en TP (- 1,5 en TB).

Jura-Bétail a dans sa besace d’autres géniteurs associant potentiel et morphologie complète. À l’instar de Naillac JB, à 886 kg et - 112 en morphologie, un TP à 0,6, mais un - 1,3 en TB. Son trio d’index fonctionnels est aussi intéressant (0,4/0,3/1). Gare néanmoins à l’aptitude viande (92) et le support de mamelle (94).

Autre fil de Jostick JB, Nostik JB à 991 kg imprime une morphologie du même tonneau (112), sans les limites de Naillac. Un détail toutefois : l’orientation des trayons (80). Là aussi les fonctionnels sont propres (0,8/0,4/0,5).

Les géniteurs à plus de 800 kg de potentiel lait améliorateurs en TP et TB ne sont que deux dans notre sélection : Numko (0,5/0,4) et Novastar (1,1/1). Il faut y ajouter Noulois (792 kg/2,2/2) et Naniss (838 kg/1,4/0,7), non retenus dans notre classement pour leur 99 et 100 en aplombs.

Côté Jura-Bétail, Harpon JB (869 kg/1,5/2,6), exclu pour son 103 en mamelle, est aussi toujours là à 156 d’Isu.

Jean-Michel Vocoret
Neurock n’apporte pas qu’un gros potentiel lait. Il laisse des vaches très bien dimensionnées, grandes (113), larges de poitrine (114) et profondes (111/117) sans faillir en aptitude viande (103). Sa mère, Lucette, chez Patrice Daudey (Doubs), est une fille d’Harper/Redon très atypique dans son corps pour une Harper. © Giorgio Soldi
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER