S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Fonctionnels : le niveau se maintient

réservé aux abonnés

 - -->

Diversité. Les générations se suivent et les cracks des fonctionnels se renouvellent. Sur les profils en production et morphologie, il y en a pour tous les goûts.

Comme l’an dernier, une bonne vingtaine de taureaux mis en service remplissent nos critères pour être classés dans les meilleurs en fonctionnels (STMA supérieure ou égale à 2, reproduction supérieure ou égale à 1,5 et vitesse de traite supérieure à - 0,5). Et une quinzaine passe la barre des 190 points d’Isu, dont sept à 200 ou plus. Trois d’entre eux (Neeskens­, Multicast et Noric) é...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
9%

Vous avez parcouru 9% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Comme l’an dernier, une bonne vingtaine de taureaux mis en service remplissent nos critères pour être classés dans les meilleurs en fonctionnels (STMA supérieure ou égale à 2, reproduction supérieure ou égale à 1,5 et vitesse de traite supérieure à - 0,5). Et une quinzaine passe la barre des 190 points d’Isu, dont sept à 200 ou plus. Trois d’entre eux (Neeskens­, Multicast et Noric) étaient déjà présents dans cette sélection l’an dernier. Si Évolution place plus de taureaux dans ce groupe, les têtes de liste se trouvent chez Gènes Diffusion.

Trois fils de Gymnast, deux de Surgeon et autant de KP Carter se placent dans ce classement. Les grands-pères maternels sont plus diversifiés. L’effort des entreprises de sélection pour améliorer la variabilité génétique est visible. Mais quatre taureaux franchissent le seuil de 6 pour le coefficient de parenté avec les femelles : Oued (6,1), Osplay (6,2), Naruto (6,1) et Oroc (6,2). Ceci pourrait restreindre leur utilisation. Par ailleurs, six taureaux porteurs du facteur rouge entrent dans ce classement, dont deux à plus de 190 points d’Isu.

Deux fils de Gymnast proposés par Gènes Diffusion montent sur le podium. Omnast atteint la note record de 3 en santé de la mamelle, avec une vitesse de traite acceptable à - 0,4. La reproduction est à 1,9, avec 0,9 pour les génisses. Rappelons que la fertilité des génisses prendra davantage de poids dans le nouvel Isu attendu pour 2021. Les taureaux mal notés sur ce poste verront donc leur index reproduction baisser. Chez Omnast, la mamelle est bien soutenue et elle plaira à ceux qui cherchent à écarter les trayons à l’arrière (- 0,4), une préoccupation qui grandit dans les élevages. L’écart avant est à -0,8. Par ailleurs, son profil laitier équilibré fait de lui un taureau complet.

Très bonne morphologie pour Optimum et Ozy JBT

Un autre fils de Gymnast, Optimum­ se distingue sur la reproduction, à 2,6 (1,3 en fertilité génisse). Il figure également dans notre sélection sur la morphologie­ (voir page 60), avec une note de synthèse à 4. La mamelle est exceptionnelle, à 3,9, avec des trayons bien écartés à l’arrière (- 1,2), un volume faible (4 en distance plancher-jarret) et des attaches très solides. Il donne de la largeur (1,2 à la poitrine, 1,4 aux ischions), avec une taille raisonnable (1,8). Son profil laitier reste banal.

Ozy JBT se place lui aussi dans les meilleurs en morphologie. Il fait des vaches grandes (2,7), larges (1,7 en largeur de poitrine et 1,5 aux ischions) et profondes (1,9), avec d’excellentes mamelles (3). L’implantation arrière est à - 0,5 et il améliore les attaches. Son profil de production très axé sur les taux conduira à le réserver­ aux souches laitières, car il est à 148 en lait.

Oublon est issu d’un montage génétique original, Surgeon sur Hefalo Isy, qui a bien fonctionné. Il affiche un rapport intéressant entre le lait et les taux. La morphologie est commune, mais son format modéré pourra plaire à ceux qui cherchent à réduire la taille (0,8 en hauteur au sacrum). Ses filles manquent toutefois de largeur et de profondeur.

Oakland présente un très bon rapport entre la santé de la mamelle, à 2,8, et la vitesse de traite, neutre. Il renforce les taux avec un potentiel laitier correct. En revanche, la morphologie reste très moyenne et manque de puissance. Il faudra protéger les membres (- 0,9 pour l’index des membres vus de l’arrière).

À l’instar d’Ozy JBT, Okalibra plaira à ceux qui cherchent à remonter les taux (4,5 en TP) sur des souches très laitières. Il se place en tête du groupe sur la vitesse de traite (0,6). La mamelle est bonne, et il fait des filles grandes (2) et larges (1 en largeur de poitrine et 1,4 aux ischions), au détriment de la profondeur de corps (0,3).

Sorti en 2018, Neeskens fait preuve de stabilité. Il ramène du lait et doit être réservé aux souches de bon format. Mais avec sa faible capacité corporelle, il favorise les naissances faciles (93). La mamelle est excellente, notamment dans les attaches.

Oued transmet lui aussi un petit gabarit, avec des vêlages très faciles (94). Avec un profil de production intéressant, il s’accouplera facilement sur des vaches suffisamment puissantes. Il possède des atouts dans les membres (1,8).

Un renouvellement qui s’annonce prometteur

Un seul taureau confirmé parvient à remplir nos critères sur les index fonctionnels. À 163 points d’Isu, Loft (Allright sur Supersonic), est à 2,2 en santé de la mamelle et 1,6 en reproduction. Et sa vitesse de traite séduira, à 0,7. Le potentiel de production est intéressant également, mais il sera difficile d’oublier les index négatifs en morphologie (- 0,2 en synthèse, - 0,4 en mamelle). Ce taureau est proposé par Évolution.

La nouvelle génération qui s’annonce pourrait bien franchir un nouveau cap dans le domaine des fonctionnels. Le numéro 1 français, Piwi ETL, est indexé à 2,7 en santé de la mamelle (- 0,1 en vitesse de traite) et 2,4 en reproduction. À 224 points d’Isu, ce fils d’Adlon P sur Archer P est proposé par chez Gènes Diffusion et n’est pas encore en service. Encore plus fort, Bag Pit (Keith sur IGH Verify), huitième du classement général avec 206 points d’Isu, est noté 3,3 en STMA et 2,8 en reproduction. Sa vitesse de traite est cependant négative (- 0,6). Il se trouve aussi chez Gènes Diffusion.

Piwi ETL possède un plein frère, Pop ETL PP, qui est homozygote sur le facteur sans corne. À 201 points d’Isu, il s’affirme moins que son frère dans les fonctionnels mais atteint tout de même 1,6 en STMA, avec une vitesse de traite positive (0,4) et 1,9 en reproduction.

Pascale Le Cann, avec Rémy Vermès (Prim’holstein France)
Omnast.C’est l’un des meilleurs de sa génération en santé de la mamelle, et la reproduction est à 1,9. Il apporte aussi du lait, des taux et une bonne morphologie. Seul le bassin sera à surveiller. © Alger Meekma
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER