S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

De nouvelles alliances chez Évolution et Gènes Diffusion

réservé aux abonnés

 - -->
Rapprochement. Giuseppe Beltramino, responsable commercial chez Intermizoo, et Frédéric Lepoint, responsable du programme de sélection chez Gènes Diffusion. © p.l.c.

Stratégies. Quand l’Ouest entre dans le programme jersiais de Viking Genetics, le Nord se tourne vers l’italien Intermizoo. Les entreprises françaises cherchent ailleurs la croissance dont elles ont besoin.

f aute de s’entendre entre elles, les deux principales entreprises de sélection françaises nouent des alliances avec leurs voisins. Impossible en effet de se cantonner à leurs zones d’activité historiques. La génomique a renchéri les coûts de la sélection qui doivent être amortis sur une autre échelle. Et puis la concurrence pousse à enrichir les catalogues pour se démarquer et répondre à toutes...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

f aute de s’entendre entre elles, les deux principales entreprises de sélection françaises nouent des alliances avec leurs voisins. Impossible en effet de se cantonner à leurs zones d’activité historiques. La génomique a renchéri les coûts de la sélection qui doivent être amortis sur une autre échelle. Et puis la concurrence pousse à enrichir les catalogues pour se démarquer et répondre à toutes les demandes. Entre l’extension coûteuse des schémas ou les partenariats, les deux entreprises font le même choix.

C’est ainsi qu’à la veille du Space, Gènes Diffusion a annoncé son rapprochement avec l’italien Intermizoo. « Cet accord porte sur la création génétique et la distribution de semences en espèce bovine, », précise le communiqué. Intermizoo est le deuxième intervenant en génétique italienne derrière Inseme. Comme Gènes Diffusion, il tient à son indépendance et cherche des partenaires.

Le rapprochement est d’abord celui d’hommes qui se côtoient depuis longtemps. « Nous partageons la même philosophie », précise Frédéric Lepoint, responsable du programme holstein chez GD. Les deux partenaires gardent leurs schémas (65 taureaux pour GD, 35 pour Intermizoo) mais travailleront en concertation. Cela leur permettra de réduire un peu leurs achats de taureaux, tout en augmentant l’offre pour les éleveurs. Par ailleurs, les équipes vont travailler ensemble à l’international pour développer leurs ventes.

Dès la fin de l’année, douze taureaux holsteins italiens entreront dans le catalogue de GD. Intermizoo travaille aussi en races allaitantes et en brune. L’entreprise italienne s’intéresse aux recherches de GD sur le sexage. Car elle est dépendante de Sexing Technologies, qui est entrée dans le capital de son concurrent.

« La jersiaise se développe en France »

De son côté, Évolution a annoncé un partenariat avec Viking Genetics concernant la jersiaise. « Cette race se développe en France et nous voulions nous impliquer dans la création géné­tique pour répondre à cette demande », explique-t-on chez Évolution. L’accord avec Viking lui permet de le faire sans un investissement démesuré. Les deux entreprises se connaissent depuis longtemps et s’apprécient.

Chez Viking, Lars Nielsen affiche sa satisfaction de pouvoir désormais « disposer des moyens d’Évolution, et notamment les stations de donneuses d’embryons, pour développer le schéma et créer de la génétique en France. » Actuellement, Viking sort 35 taureaux par an et fournit 70 % des doses jersiaises en France. Parallèlement, Viking réduit la voilure en race holstei­n. Et l’entreprise vient de créer une filiale en Allemagne pour vendre des doses holsteins et Procross.

L’OS jersiaise française se félicite aussi de cet accord car la génétique de Viking, très axée sur la fonctionnalité et la santé sans négliger la production, correspond à ses attentes. La dynamique de cette OS, très impliquée dans les organisations internationales de la race, a contribué à l’aboutissement de ce partenariat.

Pascale Le Cann
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER