S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Autant de choix qu’en 2019, un cran d’Isu au-dessus

réservé aux abonnés

Profil production. Les taureaux disponibles ne manquent pas, encore cette année, pour fabriquer des vaches qui durent… et leur niveau génétique progresse.

Comme l’an dernier, il y a du choix dans les taureaux profilés pour fabriquer des vaches à haut potentiel lait qui feront carrière… D’où nos seuils de tri à plus de 105 en mamelle et aplombs, et 95 en vitesse de traite. On en compte deux de plus qu’en 2019. Au-delà , ils ont pour eux un niveau génétique un cran au-dessus, à 149 d’Isu de moyenne… Six points de mieux que l’an dernier (de 134...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Comme l’an dernier, il y a du choix dans les taureaux profilés pour fabriquer des vaches à haut potentiel lait qui feront carrière… D’où nos seuils de tri à plus de 105 en mamelle et aplombs, et 95 en vitesse de traite. On en compte deux de plus qu’en 2019. Au-delà , ils ont pour eux un niveau génétique un cran au-dessus, à 149 d’Isu de moyenne… Six points de mieux que l’an dernier (de 134 à 154). Ils sont six à atteindre ou dépasser le 154 d’Isu du n°1 de 2019, tous chez Umotest. Les six points d’Isu en plus s’expliquent par l’index reproduction de la sélection 2020 à + 0,3 de moyenne (0,08 en 2019). Il y a aussi sur l’index santé mamelle 0,04 point de mieux, à 0,28.

Des Umotest alliant potentiel et taux

La sélection 2020 grapille aussi des points sur la morphologie, à 122 (113 l’an dernier). C’est aussi le cas sur le TP (- 0,04/- 0,1). Mais les niveaux laitiers se valent (+ 971kg/+ 979kg)… comme l’index TB (- 1/- 0,8).

Parmi ces quatorze géniteurs, neuf sont à mettre au crédit d’Umotest dont cinq alliant potentiel lait, sans défaut majeur sur les taux : Oxybul (+ 809 kg/+ 0,8/+ 0,3), Overboard (+ 800 kg/+ 0,6/+ 0,5), Omalet (+883 kg/+ 0,4 /+ 1,1), Okara (+ 1155 kg/+ 1/- 0,3), Oapla (+ 915kg/+ 0,7/+ 1,6). On pourrait ajouter à cette liste Omelo (+ 1141 kg/+ 0,8/- 0,3), exclu de notre sélection pour son 102 en aplombs.

Omelo et Okara sont deux Macintosh, un fils Hallez, le n°1 racial des confirmés... Une valeur sûre en taux (+ 2,7/+ 2,6 ). Ces deux-là ont en commun d’excellents pis (121/119) dotés de très bonnes attaches. Omelo pointe à 111/117/125, Okara à 110/113/111. Ils ont aussi une très bonne vitesse de traite (106/112). Gare néanmoins à leur défaut de valeur bouchère (85/89). Okara y ajoute un manque de dimensions de bassin (92/92/94).

On retrouve ce défaut d’aptitude viande sur Oxybul, mais moins accentué (94). C’est son seul petit point faible. Le reste de la morphologie, à 121, est un sans-faute : 123 en corps avec 114 en largeur de poitrine, 119 dans les profondeurs, 113 en mamelle et 111 en aplombs. L’ensemble des fonctionnels positifs séduira. Ses filles jouissent en outre d’une très bonne vitesse de traite (114) et d’un excellent tempérament (111).

Autre géniteur très complet, Omalet, un Milton, « père à taureaux très prolifique, lui-même très complet dans ses fonctionnels, sa morphologie, ses taux, mais plus limité en lait », note Guillaume Fayolle, responsable du schéma Umotest.

Cette limite sur le potentiel lait a bien été corrigée par le support femelle Helux. Omalet ne passera pas inaperçu avec sa morphologie (120) sans trou : 109 en corps, 116 en aplombs, 120 en mamelle , 116 en trayons et sans réel défaut d’aptitude bouchère (96).

Dans notre sélection, le technicien pointe un autre géniteur au profil plus extrême : Ocombes à +1315 kg, négatif en taux (- 0,6/- 3), imprimant de bonnes mamelles (112) et positif dans les trois index fonctionnels. Une raison à cela : son pedigree plus original que les autres, gage d’une certaine facilité d’utilisation. C’est un Maradona (Jador/Galax/Tilleul JB) sur Isobus (Gégé/Urbaniste/Oyama). Gare néanmoins à son 89 en aptitude viande, son 94 en bassin et 91 en largeur de poitrine.

Lait et morphologie pour les Jurassiens

Les cinq Eva Jura de notre tri se caractérisent plutôt par des géniteurs associant potentiel et morphologie sur lesquels il faudra être assez vigilant sur les taux.

Padirac JB (+ 876 kg , + 0,2/- 1,9) est l’un d’eux avec son remarquable 121 en morphologie. Le 125 en pis et la qualité des attaches (127/117/112) ne laissent pas indifférents. Ofobour JB (+ 1000 kg/- 0,5/- 2,4) est du même tonneau : 120 en morphologie, 119 en mamelle, 117/110/128 en attaches. Il a en plus une bonne largeur de poitrine (109) et un défaut d’aptitude bouchère moins accentué que Padirac (94/90).

Non retenu pour son 100 en aplombs, Oswaldo JB (+ 1043 kg/- 0,7/- 0,8) complète l’offre jurassienne, avec un 117 en morphologie, 121 en pis. À noter aussi Jostik JB qui, avec l’arrivée de ses filles, confirme son potentiel lait à +1036 kg, ses qualités de pis (117) et d’aplombs (114). Mais gare aux taux (- 1,8/- 3,7) et à l’aptitude viande (88).

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER