S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le plan du Sénat contre les déserts vétérinaires

réservé aux abonnés

 -
Sur les cinq dernières années, le nombre de vétérinaires spécialisés dans les animaux d’élevage a reculé de 15 % en France. © C. Thiriet

Dans les zones tendues « déterminées par arrêté du ministre de l’Agriculture », les collectivités territoriales qui le souhaiteront pourront distribuer des aides à l’installation et au maintien des vétérinaires.

Voté en séance publique le 8 juillet 2020, le dispositif issu d’une proposition du sénateur Laurent Duplomb [également exploitant agricole, NDLR], se veut « inspiré des mécanismes permettant de lutter contre les déserts médicaux », assure la Commission des affaires économiques du Sénat, dans un communiqué publié ce jeudi 9 juillet 2020.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
27%

Vous avez parcouru 27% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Voté en séance publique le 8 juillet 2020, le dispositif issu d’une proposition du sénateur Laurent Duplomb [également exploitant agricole, NDLR], se veut « inspiré des mécanismes permettant de lutter contre les déserts médicaux », assure la Commission des affaires économiques du Sénat, dans un communiqué publié ce jeudi 9 juillet 2020.

Concrètement, il permettra aux collectivités territoriales qui le souhaiteront de « distribuer des aides à l’installation et au maintien des vétérinaires », dans les zones tendues déterminées par le ministère de l’Agriculture. Elles pourront également verser « des indemnités d’étude et de projet professionnel à des étudiants s’engageant, en signant une convention, à exercer sur leur territoire s’il se situe dans une zone désertée. »

> À lire aussi : Vétérinaires, une alarmante désertification des campagnes (20/02/2020)

40 départements concernés

Car sur le terrain, la situation devient urgente. « La désertification vétérinaire est le dernier signe avant la désertification agricole », estime le sénateur Duplomb. Dans son atlas démographique, l’ordre des vétérinaires constate que « 40 départements sont désormais concernés par ce phénomène de désertification vétérinaire, notamment dans des zones à faible densité d’élevage ».

Sur les cinq dernières années, le nombre de vétérinaires spécialisés dans les animaux d’élevage a reculé de 15 %. La situation pourrait encore s’aggraver, « notamment en raison de l’attrait des jeunes générations pour les soins aux animaux de compagnie ou aux chevaux », indique la Commission des affaires économiques du sénat. Car le nombre de praticiens ne fait pas défaut. « Chaque année, le nombre de professionnels inscrits au tableau de l’ordre augmente ».

> À lire aussi : Vétérinaires, l’activité rurale diminue au profit de la pratique urbaine (03/12/2019)

V. Gu.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER