S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La Confédération paysanne manifeste contre les abattages de volailles

réservé aux abonnés

 -
Soutenue par le Modef et des représentants d’Amap, la Confédération paysanne manifestait contre les abattages massifs de volailles ce 26 janvier 2021 à Lyon. © B. Lafeuille

Mobilisée dans le Rhône, la Confédération paysanne dénonce l’excès de zèle dans la réglementation visant les salmonelles, qu’elle juge stigmatisante pour l’élevage de plein air de volailles.

Ne pas se laisser abattre : c’était le mot d’ordre de la Confédération paysanne, mobilisée ce mardi 26 janvier 2021 devant la préfecture du Rhône, à Lyon. Épaulés par le Modef et des représentants d’Amap, les militants protestaient contre les abattages massifs de volailles liés à la présence de salmonelles.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Ne pas se laisser abattre : c’était le mot d’ordre de la Confédération paysanne, mobilisée ce mardi 26 janvier 2021 devant la préfecture du Rhône, à Lyon. Épaulés par le Modef et des représentants d’Amap, les militants protestaient contre les abattages massifs de volailles liés à la présence de salmonelles.

Un traumatisme vécu il y a trois mois par Angélique Lassonnery, dans les monts du Lyonnais : « J’ai dû faire abattre mon élevage à cause d’un prélèvement positif dans l’environnement. Mais aucune salmonelle n’a ensuite été détectée dans le bâtiment. »

Rétablir l’analyse de confirmation

« On veut vendre des produits sains : d’où la présence de consommateurs à nos côtés, a insisté le porte-parole national Nicolas Girod. On veut une réglementation, mais faite correctement. »

Principale revendication : rétablir les contre-analyses, en vigueur jusqu’en 2018. « Elles permettaient de sauver des milliers d’animaux », selon le porte-parole du Rhône, Antoine Pariset, qui affirme qu’un tiers des primo-analyses positives étaient suivies d’une analyse négative.

« Pour les élevages de plein air, il est assez fréquent d’avoir des salmonelles dans l’environnement, sans que les animaux soient infestés, explique-t-il. Des paysans jettent l’éponge, alors qu’il y a une forte demande des consommateurs. »

Comble de l’ironie, dans le Rhône, aucun des 17 cas d’intoxication par des salmonelles enregistrés en 2020 n’était dû à un élevage de plein air, souligne Angélique Lassonnery, qui a réclamé les chiffres aux autorités. « Il y avait 12 cas liés à des basses-cours de particuliers, et cinq d’une même famille dont l’origine était un bâtiment de 30 000 poules. »

Bérengère Lafeuille
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER