S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Herdect : la pousse de l’herbe bientôt mesurée par satellite

réservé aux abonnés

 - -->
Outil. Encore en phase de développement, Herdect propose une cartographie des parcelles à pâturer en les classant selon la hauteur d’herbe mesurée par satellite. © D. L.

Innovation. Connaître la hauteur et la quantité d’herbe disponible sur une parcelle à partir de photos satellitaires, voilà l’objectif de Herdect, un modèle prédictif encore en cours de développement, mais déjà prometteur.

«Une bonne valorisation de l’herbe par le pâturage requiert un suivi très régulier des parcelles, principalement au printemps, rappelle Alain Airiaud, responsable du pôle prairies à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire. Actuellement, le seul outil vraiment précis reste l’herbomètre. Mais si l’éleveur veut obtenir des résultats fiables, il doit en principe parcourir l’ensemble de la parcelle et...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
10%

Vous avez parcouru 10% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

«Une bonne valorisation de l’herbe par le pâturage requiert un suivi très régulier des parcelles, principalement au printemps, rappelle Alain Airiaud, responsable du pôle prairies à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire. Actuellement, le seul outil vraiment précis reste l’herbomètre. Mais si l’éleveur veut obtenir des résultats fiables, il doit en principe parcourir l’ensemble de la parcelle et prendre une centaine de points de mesure par hectare. Dans les faits, très peu d’agriculteurs le font, car cette stratégie s’avère très chronophage. Soit ils n’effectuent qu’un petit nombre de relevés, soit ils renoncent complètement aux mesures préférant une estimation visuelle. Dans les deux cas, les résultats sont moins précis et la pousse printanière, pourtant précieuse et abondante, n’est pas toujours optimisée. »

Alternative à l’herbomètre

C’est à partir de ce constat qu’est né le projet Herdect. Ce programme a vu le jour en 2017 autour de plusieurs partenaires (lire l’encadré). L’idée était de trouver un outil alternatif à l’herbomètre­, tout en conservant le même niveau de précision. Le traitement d’images par télédétection est rapidement apparu comme une solution prometteuse. Pour des raisons­ de coût, les clichés obtenus par satellites ont été préférés à ceux pris par un drone. Le système analyse les longueurs d’ondes lumineuses renvoyées par la végétation. En parallèle­, une équipe de la chambre d’agriculture­ des Pays de la Loire a effectué sur le terrain des mesures de biomasse et de hauteur d’herbe. « Une corrélation a été établie entre les indices de longueurs d’ondes relevés sur les photos satelli­taires et les résultats obtenus aux champs, souligne Marc Fougere, le responsable des fermes expérimentales des Pays de la Loire. Pour la hauteur d’herbe par exemple, le modèle prédit une valeur souvent très proche de la réalité. La marge d’erreur est en général d’à peine 2 centimètres : une précision acceptable, d’autant que sur un ensemble de parcelles­ à des stades différents, le modèle les classe généralement dans le bon ordre. »

Nouveaux tests en 2021

Les tests ont montré que le système donnait de bons résultats sur pratiquement tous les types de prairies, y compris les mélanges de plusieurs espèces. Pour les parcelles contenant de la chicorée, des erreurs ont toutefois été relevées. Il semblerait que cette plante, qui a tendance à monter rapidement, ne soit pas correctement prise en compte dans les estimations de production.

Herdect est encore en phase de développement. Il a été expérimenté cette année par une vingtaine d’éleveurs, et le groupe devrait être élargi au printemps 2021 pour de nouveaux tests. Sur la version actuelle de l’appli­cation, l’agriculteur indique les parcelles­ à surveiller. Quand le satellite balaie la zone, le modèle classe chaque champ dans cinq catégories de hauteur d’herbe allant de très faible à trop importante. Les résultats sont matérialisés par un jeu de couleurs bien visibles à l’écran. L’éleveur indique aussi le nombre de vaches laitières devant pâturer sur ces parcelles­, leur niveau de production et la quantité de fourrage qu’il compte distribuer à l’auge dans les jours à venir. En fonction de ces paramètres, l’application calcule le nombre de jours de pâturage d’avance. « L’idéal est de disposer d’une dizaine de jours devant soi, rappelle Marc Fougere. Au-delà, l’éleveur a tout intérêt à faucher les parcelles les plus avancées. L’application recalcule automatiquement l’impact du décrochage d’une parcelle sur le stock fourrager disponible. En modulant les apports à l’auge, l’éleveur estime également si la fermeture du silo est envisageable ou non. »

Les nuages empêchent la prise de photos

La prise de clichés est assurée par deux satellites nommés Sentinel 2A et 2B. Ils passent régulièrement au même endroit tous les cinq jours en balayant des couloirs parallèles. Les secteurs se trouvant sur la zone de recoupement de couloirs voisins sont couverts deux fois plus souvent. En théorie, un intervalle de cinq jours est suffisant pour assurer un suivi très précis de la pousse de l’herbe. Mais parfois, la présence de nuages empêche la prise de photos et rend impossible toute mesure.

Cette année par exemple, entre le 2 mars et 12 mai, les satellites sont passés 29 fois au-dessus de la ferme expérimentale de Derval, en Loire-Atlantique­, mais seulement sept clichés ont pu être exploités. « C’est une des limites de cet outil, confesse Alain Airiaud. Lorsqu’il nous manque une photo, le système remplace les données manquantes par des valeurs calculées à partir du passage précédent en tenant compte de l’ensoleillement et de la pluviométrie. Si les nuages perturbent plusieurs passages successifs, les valeurs seront de moins en moins précises. Il faudra en tenir compte notamment quand l’application sera ouverte à tous les éleveurs. »

Le lancement commercial de l’outil n’a pas encore été fixé pour le moment. Le prix de vente non plus. Les concepteurs estiment qu’un tarif proche de 20 €/ha/an serait acceptable pour les éleveurs compte tenu de la plus-value engendrée par l’optimisation de la gestion de leur herbe.

Denis Lehé
Marc Fougere, responsable des fermes expérimentales des Pays de la Loire, Alain Airiaud, de la chambre d’agriculture et Fabienne Launay, d’Idele, estiment que l’outil d’aide à la décision Herdect permettrait aux éleveurs de valoriser plus efficacement l’herbe de leurs exploitations. © Denis Lehé
Herbomètre.Malgré une efficacité reconnue, les éleveurs rechignent souvent à employer l’herbomètre par manque de temps pour effectuer les relevés. © D. L.
Projet. De nombreux partenaires

Le projet Herdect a débuté en 2017. Cette étude bénéficie d’un financement du Casdar, le programme du ministère de l’Agriculture pour favoriser le développement agricole et rural. En plus de la chambre d’agriculture des Pays de la Loire et de l’Institut de l’élevage, différents partenaires sont également impliqués : les chambres d’agriculture de Normandie, Bretagne et Charente-Maritime, l’Inrae (1), l’école d’ingénieurs Agrocampus de Rennes et les fermes expérimentales de La Blanche-Maison (Manche), Trévarez (Finistère), Derval (Loire-Atlantique), Thorigné-d’Anjou (Maine-et-Loire) et Theix (Puy-de-Dôme).

(1) Inrae : Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement.

Temps d’observation. Deux minutes par hectare et par semaine, c’est insuffisant

En parallèle du développement d’Herdect, l’Institut de l’élevage (Idele) a analysé les résultats de sondages réalisés chez une soixantaine d’éleveurs pour évaluer leurs pratiques de gestion et de pilotage de l’herbe. Cette enquête visait aussi à identifier leurs contraintes et leurs attentes à ce sujet. « Dans ce panel d’éleveurs intéressés par la question de la gestion de l’herbe, la grande majorité d’entre eux reconnaît consacrer environ dix à vingt minutes par semaine à l’observation et à l’évaluation de toutes leurs parcelles, indique Fabienne Launay, responsable de projets fourrage à Idele. Au printemps, ce temps est un peu plus élevé et le nombre d’observations par semaine augmente, mais dans l’ensemble il reste assez faible : deux minutes par hectare par semaine en moyenne, selon notre sondage. Cela signifie bien qu’une majorité des exploitants n’a pas – ou ne prend pas – le temps d’évaluer avec précision la pousse de l’herbe. » Dans cette enquête, plus de huit éleveurs sur dix expriment d’ailleurs un manque de confiance en l’efficacité de leur propre stratégie. Beaucoup s’interrogent sur leurs pratiques : quand démarrer le pâturage ? Quelles­ surfaces utiliser ? Quand débrayer ? Quand fermer le silo ? « Notre échantillon d’éleveurs était restreint et pas forcément représentatif, reconnaît Fabienne Launay. Mais plus d’un quart d’entre eux indiquent spontanément des attentes en lien avec les données, un outil d’aide à la décision ou un outil d’enregistrement. Cela traduit bien l’utilité d’un modèle prédictif comme Herdect. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER