S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« On ne sait pas par quoi remplacer le colza »

réservé aux abonnés

 -
Pied de colza avant la floraison ©Cédric Faimali

Insectes, gel, sécheresse et interdiction de molécules, certains agriculteurs se voient dans l’obligation d’arrêter leur principale tête d’assolement : le colza. Mais dans les terres superficielles à faible réserve hydrique, son remplacement relève du casse-tête.

« Le colza, c’était la tête d’assolement par excellence dans nos régions », explique Dominique Picoche, agriculteur à Fain-lès-Moutiers en Côte-d’Or. « C’est vrai qu’on l’a ramené trop souvent dans nos rotations. Mais la disparition de certaines molécules a rendu les insectes et les grosses altises en particulier non maîtrisable », détaille-t-il.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Le colza, c’était la tête d’assolement par excellence dans nos régions », explique Dominique Picoche, agriculteur à Fain-lès-Moutiers en Côte-d’Or. « C’est vrai qu’on l’a ramené trop souvent dans nos rotations. Mais la disparition de certaines molécules a rendu les insectes et les grosses altises en particulier non maîtrisable », détaille-t-il.

Après deux années catastrophiques à 11 quintaux en 2019 et moins de 1 quintal en 2020, il a décidé d’arrêter la culture du colza. « On a tout essayé : semis précoce, plante compagne, fertilisation localisée. raconte Dominique Picoche. « Au début cela semblait marcher mais les insectes, le froid et le sec ont eu raison de notre persévérance », se désole-t-il.

À lire aussi : La récolte de colza s’effondre (05/08/19)

Le tournesol, à condition qu’il pleuve

Alors le céréalier s’inquiète : « On ne sait pas par quoi on va le remplacer ». « La plupart de mes terres sont très superficielles et rendent impossible toute culture qui craint le manque d’eau », précise Dominique Picoche ! ;

Après avoir essayé les pois, les féveroles et les pois chiches dans ces terres à 40 millimètres de réserve utile, il se rend à l’évidence : seul le tournesol peut donner un résultat acceptable, en misant sur un hypothétique orage au moment de remplissage du grain, ce qui n’est pas toujours le cas. Selon Dominique Picoche, si la météo n’est pas favorable à la dernière des têtes d’assolement, « le retour à la friche est envisageable dans les plus mauvaises terres »

Selon Delphine de Fornel, responsable de la zone nord et est chez Terres inovia, le tournesol reste intéressant dans la plupart des terres même en année sèche. « C’est une culture à cycle court : il n’y a pas d’avance de trésorerie et peu de charges opérationnelles à part la semence » explique-t-elle. Il s’agit également d’une culture peu gourmande en eau.

À lire aussi : En zone intermédiaire, ramener de la valeur ajoutée (06/08/20)

L’intensification en graminée

« Hier, derrière le colza je mettais trois céréales à paille. Maintenant, je vais en mètre quatre ou cinq après une tête d’assolement » déplore l’agriculteur qui juge cette pratique de « bêtise agronomique ».

Guy-Noël et Olivier Verdot, deux agriculteurs du même département (Savoisy, Côte d’Or) font le même constat : « Le blé est la culture la plus facile à mener sur nos terres de plateaux plutôt superficiels. Mais pour avoir du blé, il faut une tête d’assolement. » Faute d’autre culture, il envisage d’alterner du blé et de l’orge de printemps. Par son implantation tardive, cette céréale secondaire va permettent de maîtriser le salissement et ses résistances aux désherbants.

L’élevage, la luzerne ou le bio, des solutions ?

Dans les terres les plus profondes et grâce à son élevage, Guy-Noël Verdot implante du maïs et du ray-grass ou des pois de printemps. Mais dans les terres les plus superficielles, c’est aussi un casse-tête. Ils ont essayé les pois d’hiver mais cette culture a été abandonnée à cause de la bactériose.

Ils ont toutefois une innovation en tête : les éleveurs vont implanter plus de blé sur blé, sous couvert de luzerne afin d’en faire une autre tête d’assolement en interculture. « Pourquoi pas revenir encore avec un troisième blé voire plus ? » précise-t-il. Cette pratique est rendue possible par le semis direct et l’agriculture de conservation qu’ont adoptés les agriculteurs.

Parmi les voisins de Dominique Picoche, certains ont trouvé refuge dans l’agriculture biologique. Mais cette année, beaucoup n’ont pas pu récolter les pois et les lentilles à cause de l’invasion de pucerons.

À lire aussi : « Je cultive trois blés de suite sous couvert de luzerne » (03/06/19)

Renaud d’Hardivilliers
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER