S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Vers un nouvel étalonnage pour le comptage cellulaire

réservé aux abonnés

 -
Le nouvel étalon international induirait une baisse des comptages cellulaires français de 15 à 20 % par rapport au référentiel actuel. © C. Thiriet

Un nouveau calibrage des appareils de comptage des cellules du lait, voué à être harmonisé à l’international, devrait faire son apparition en France dans les mois qui viennent.

Comme révélé par nos collègues de l’Éleveur laitier en septembre 2020, l’étalonnage du comptage des cellules somatiques du lait va bientôt évoluer. Au début de l’année, un accord international a été trouvé et les travaux réalisés sous l’égide de la Fédération internationale du lait (FIL) ont abouti à la production d’un échantillon...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Comme révélé par nos collègues de l’Éleveur laitier en septembre 2020, l’étalonnage du comptage des cellules somatiques du lait va bientôt évoluer. Au début de l’année, un accord international a été trouvé et les travaux réalisés sous l’égide de la Fédération internationale du lait (FIL) ont abouti à la production d’un échantillon à teneur garantie (ETG) voué à être utilisé dans l’ensemble des bassins laitiers mondiaux.

À lire aussi sur L’Éleveur laitier : Comptage des cellules somatiques, le nouvel étalon rebat les cartes (03/09/2020)

Initialement prévu pour le 1er décembre, le lancement français du nouvel étalon « ne se fera probablement pas avant la fin de l’année », explique Caroline Le Poultier, directrice de l’interprofession laitière (Cniel). Mais le matériel de référence est disponible sur le marché, et les laboratoires peuvent d’ores et déjà s’équiper en vue du recalibrage de leurs appareils.

S’attendre à une diminution des concentrations cellulaires

Depuis la sortie du nouvel étalon international en février, les opérateurs français étudient l’impact de ce changement en effectuant des tests comparatifs entre les résultats obtenus avec l’actuel et le nouvel étalon sur un même échantillon de lait. D’après les informations recueillies par l’Eleveur laitier en septembre, cet ajustement des instruments de mesure induirait une baisse moyenne des concentrations cellulaires de 15 à 20 %. L’estimation n’a pas évolué depuis. Mais les tests se poursuivent car « il existe une très forte variabilité des résultats selon l’échantillon analysé », précise Caroline Le Poultier.

Malgré tout, la directrice du Cniel indique que « les grilles de paiement à la qualité, notifiée à Bruxelles, ne vont pas bouger. » Pour Caroline Le Poultier, la gestion des primes, des pénalités et de l’adaptation potentielle du prix de base « se fera directement entre les laiteries et les producteurs ». L’impact possible de ce nouvel étalon sur le prix du lait est donc encore difficile à estimer, mais jugé faible par le Cniel. En revanche, il faudra une « période d’adaptation » aux éleveurs pour associer une variation du taux cellulaire du lait à l’environnement d’élevage et/ou au nouvel étalon… Prudence donc.

> À lire aussi sur L’Éleveur laitier : La patate chaude envoyée aux laiteries (02/10/2020)

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER