S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

500 000 euros en plus pour l’ours et le pastoralisme

réservé aux abonnés

 -
L’État a annocé qu’une étude sur les dynamiques de population ursine serait conduite en 2020. © Pixabay

Les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture ont annoncé que la feuille de route ours et pastoralisme serait dotée de 500 000 euros supplémentaires par rapport à 2019.

À quelques jours de la présentation de la feuille de route « pastoralisme et ours », les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture ont dévoilé le contenu dans un communiqué du 4 juin 2020. Cette feuille confirmera l’engagement de l’État à ne pas procéder à de nouveaux lâchers et actera une augmentation des moyens financiers par rapport à 2019 de plus...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
42%

Vous avez parcouru 42% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

À quelques jours de la présentation de la feuille de route « pastoralisme et ours », les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture ont dévoilé le contenu dans un communiqué du 4 juin 2020. Cette feuille confirmera l’engagement de l’État à ne pas procéder à de nouveaux lâchers et actera une augmentation des moyens financiers par rapport à 2019 de plus de 500 000 € supplémentaires.

Ils seront destinés à la protection des troupeaux, à l’installation de cabanes dans les estives, au financement de bergers d’appui, à des diagnostics pastoraux et analyses de vulnérabilité, à la mise en place de mesures expérimentales d’effarouchement ou encore à la mise en place d’un protocole affecté aux estives surprédatés en complément d’ours à problème.

Une population d’ours qui augmente

L’ambition semble large et ne satisfait pas la Fédération nationale du pastoralisme. « Nos demandes pour la révision du groupe ours n’ont pas été entendues, se désole Olivier Maurin, président de la FNDP. Par ailleurs, s’il n’y a pas de nouveau lâcher, nous observons une population d’ours en augmentation. Une mère suivie de trois petits a été aperçue récemment sur un sentier. »

M.-F. M.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER