S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Davantage de transparence dans les coopératives laitières

réservé aux abonnés

 -
La coopération laitière invite l’ensemble des coopératives à établir un prix du lait prévisionnel objectif. © Cédric FAIMALI

À l’approche des négociations commerciales annuelles, La coopération laitière réaffirme son engagement en faveur de la création de valeur et de la transparence dans le paiement du lait.

« La filière laitière est souvent citée en exemple lors des conclusions des négociations commerciales » ces deux dernières années, mais La coopération laitière ne compte pas s’en tenir là. Dans un communiqué publié le 21 octobre 2020, elle a rappelé son objectif prioritaire : « aller chercher de la valeur à l’aval pour permettre une plus juste répartition...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« La filière laitière est souvent citée en exemple lors des conclusions des négociations commerciales » ces deux dernières années, mais La coopération laitière ne compte pas s’en tenir là. Dans un communiqué publié le 21 octobre 2020, elle a rappelé son objectif prioritaire : « aller chercher de la valeur à l’aval pour permettre une plus juste répartition de la valeur à l’amont. » Pour avancer dans cette quête, et témoigner de son engagement pris lors des Etats-généraux de l’alimentation (EGA), La coopération agricole souhaite mettre en lumière et faire avancer les méthodes de travail de ses adhérents.

Définition d’un prix prévisionnel « objectif »

Ainsi, La coopération agricole recommande à l’ensemble de son réseau de définir un prix prévisionnel « objectif » pour la prochaine campagne. « Il comprend le prix mensuel et les compléments de prix comme la saisonnalité, et varie en fonction des ambitions, du mix-produit et des indicateurs de marché suivis par chaque coopérative », explique Damien Lacombe, président de La coopération laitière. En plus d’apporter plus de transparence aux associés-coopérateurs, il peut servir de « levier » pendant les négociations puisque « les hausses espérées sur les produits de grande consommation sont prises en considération. »

D’après Damien Lacombe, la plupart des coopératives produisent et communiquent déjà cet indicateur lors de leur assemblée générale. « L’intérêt est également de faire le bilan chaque année, en appréciant l’écart entre ce prix objectif et le prix réellement versé », indique-t-il.

Prise en compte des coûts de production

Par la même occasion, Damien Lacombe réaffirme que « la prise en compte des indicateurs de coûts de production dans la rémunération de l’associé coopérateur est une mesure qui est déjà intégrée au règlement intérieur des coopératives laitières. Nous sommes aujourd’hui en conformité avec les obligations législatives et réglementaires. »

Un message qui n’est pas sans faire écho à l’ultimatum lancé par la FNPL fin septembre, selon lequel les coopératives avaient jusqu’au 15 octobre « pour présenter des formules de prix qui s’appuient sur l’indicateur des coûts de production interprofessionnel ».

À lire aussi : Coût de production, un « ultimatum » aux coopératives sur le prix du lait (01/10/2020)

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER