S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Conflit autour d’une « chasse à l’ours »

réservé aux abonnés

 -
L’association Ferus a demandé à la préfecture de l’Ariège d’assurer sa mission de protection de l’ours brun. © Pixabay

L’association Ferus dénonce les propos d’une affichette apposée récemment à Auzat, en Ariège, au départ du sentier menant à l’estive de Saleix. Titrée « Attention danger », l’écriteau prévient d’une chasse à l’ours et invite les touristes à la prudence.

Pour l’association Ferus, cette affiche constitue « une nouvelle étape dans la stratégie de violence des anti-ours ariégeois ». Les militants ont d’ailleurs informé la préfecture du département en demandant à l’État d’assurer sa mission de protection de l’ours brun en tant qu’espèce protégée et menacée.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Pour l’association Ferus, cette affiche constitue « une nouvelle étape dans la stratégie de violence des anti-ours ariégeois ». Les militants ont d’ailleurs informé la préfecture du département en demandant à l’État d’assurer sa mission de protection de l’ours brun en tant qu’espèce protégée et menacée.

Ils appellent les randonneurs à la vigilance pour détecter de possibles comportements et actions contre l’ours et estiment que « les opposants à l’ours sont bien plus dangereux que les ours qu’ils dénoncent. » Bref, le climat est de plus en plus délétère entre les pro- et anti-ours.

Des bergers tués par les ours en Roumanie

C’est une pression supplémentaire pour les éleveurs qui doivent faire face à une augmentation de la prédation par rapport à l’année dernière. « Ma crainte vis-à-vis des prédateurs, c’est qu’il y ait un dérapage », indiquait Michèle Boudoin, présidente de la Fédération nationale ovine (FNO) le 19 août à l’émission « C’est dans l’air » sur France 5.

« En Roumanie, des bergers ont été tués par les ours au cours de ces dernières années. Nous ne voulons pas éradiquer les prédateurs, mais il faut installer une situation de réciprocité. C’est-à-dire, dès qu’un animal « délinquant » s’attaque à nos brebis, on doit pouvoir lui tirer dessus pour lui montrer qu’il y a du danger à s’approcher de nos troupeaux. »

M.-F. M.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER