S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Grèves et coronavirus ont déstabilisé le commerce en janvier

réservé aux abonnés

 -
Le déficit commercial de la viande porcine française avec l’Union européenne tend à se réduire en janvier 2020. © C. Faimali/GFA

En janvier 2020, les envois français de viande porcine vers les pays tiers ont reculé de 1,5 %. « En revanche, les exportations vers les partenaires européens s’intensifient », précise le ministère de l’Agriculture.

« Les grèves françaises portuaires et le ralentissement de l’économie asiatique, impactée par l’épidémie de coronavirus, provoquent un léger repli des exportations de viande porcine vers les pays tiers, malgré les besoins importants de la Chine touchée par la peste porcine [africaine] », rapporte Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans sa note de conjoncture...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Les grèves françaises portuaires et le ralentissement de l’économie asiatique, impactée par l’épidémie de coronavirus, provoquent un léger repli des exportations de viande porcine vers les pays tiers, malgré les besoins importants de la Chine touchée par la peste porcine [africaine] », rapporte Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans sa note de conjoncture publiée le 27 mars 2020.

> À lire aussi : L’incertitude pèse sur le cours du porc (25/03/2020)

Alors que les exportations françaises vers la Chine « doublaient ou triplaient chaque mois sur un an » depuis avril 2019, elles affichent une hausse de 52 % hors abats en janvier 2020, par rapport au niveau déjà soutenu de janvier 2019.

« En Chine, depuis fin janvier, la crise du coronavirus réduit la main-d’œuvre disponible pour assurer la logistique des marchés de gros et pour décharger les containers de viande dans les ports, ralentissant leur retour en Europe. En France, les grèves portuaires bloquent des expéditions,» précise la note de conjoncture.

Espagne, Pays-Bas et Italie aux achats

Dans un contexte de hausse de la production de viande porcine française (+2,7 % en volume sur un an en janvier, + 2,2 % par rapport à la moyenne quinquennale), le débouché intracommunautaire se porte bien. « Les ventes déjà soutenues vers l’Espagne et les Pays-Bas se poursuivent et elles augmentent vers l’Italie de 1600 tonnes équivalent carcasse (téc)», souligne Agreste.

En parallèle, « les importations se replient de 9,6 % en volume sur un an (- 4 900 téc dont 4 200 téc en provenance des principaux partenaires européens, notamment de l’Espagne pour 2 700 téc). »

En conséquence, le déficit commercial de viande porcine française avec l’Union européenne se réduit à -5 400 téc en janvier 2020, contre -13 400 téc en janvier 2019. « Malgré le ralentissement des exportations totales vers l’Asie, le solde global atteint ainsi 7 800 téc (+ 13 100 téc vers les pays tiers). En valeur, le déficit global s’établit à -19 millions d’euros (M€). Le solde reste fortement excédentaire vers les pays tiers (+ 32 M€). »

V. Gu.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER