S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Incluons les ZNT dans les nouvelles zones constructibles »

réservé aux abonnés

 -
La Fédération nationale des entrepreneurs des territoires propose pour les ZNT de s’inspirer de la réglementation forestière appliquée dans certains départements. © John Deere

Les entrepreneurs de travaux agricoles militent pour que les ZNT soient prises sur la surface des nouveaux lotissements et non sur les parcelles agricoles.

Comme leurs clients agriculteurs, les entrepreneurs de travaux agricoles sont préoccupés par la mise en place des ZNT. « C’est d’autant plus compliqué pour nous que les chartes de bon voisinage vont varier d’un département à l’autre, s’inquiète Gérard Napias, le président de la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires (FNEDT). Un entrepreneur qui possède une activité...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Comme leurs clients agriculteurs, les entrepreneurs de travaux agricoles sont préoccupés par la mise en place des ZNT. « C’est d’autant plus compliqué pour nous que les chartes de bon voisinage vont varier d’un département à l’autre, s’inquiète Gérard Napias, le président de la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires (FNEDT). Un entrepreneur qui possède une activité de traitement intervient généralement sur plusieurs départements. Cela va être un vrai casse-tête à gérer, en particulier au niveau des logiciels. Il ne faudra pas se tromper de bouton ! »

S’inspirer de la réglementation forestière

Les entrepreneurs s’inquiètent également du grignotage des surfaces agricoles lors de la construction de nouveaux lotissements. Pour éviter cet écueil, ils proposent de s’inspirer de la réglementation forestière appliquée dans certains départements. « Dans mon département des Landes, la loi impose une distance de 12 mètres entre une forêt de conifères et les habitations, explique Gérard Napias. Néanmoins, pour toute nouvelle construction, le promoteur immobilier a l’obligation de conserver ces 12 mètres sur sa bordure de lotissement. Sinon, le forestier serait obligé d’abattre ses arbres. Il faut faire la même chose pour les ZNT. Dans le cas contraire, chaque nouveau lotissement sera construit au détriment de l’agriculteur. »

Corinne Le Gall
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER