S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Les exploitations agricoles continueront de fonctionner »

réservé aux abonnés

 -
Pour le président de la République, l’activité économique ne doit « ni s’arrêter, ni s’effondrer ». © Élysée

Le 28 octobre 2020 à 20 h le président de la République a annoncé le retour d’un confinement généralisé sur tout le territoire français, face à la deuxième vague de l’épidémie due au coronavirus. Il a précisé que l’activité économique devait continuer, citant les exploitations agricoles.

Pour éviter une flambée des décès à cause de l’épidémie de Covid-19, « j’ai décidé qu’il fallait retrouver, à partir de vendredi [le 30 octobre 2020, NDLR], le confinement » sur « tout le territoire national » au moins jusqu’au 1er décembre, a annoncé Emmanuel Macron le 28 octobre 2020 lors d’une allocution télévisé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Pour éviter une flambée des décès à cause de l’épidémie de Covid-19, « j’ai décidé qu’il fallait retrouver, à partir de vendredi [le 30 octobre 2020, NDLR], le confinement » sur « tout le territoire national » au moins jusqu’au 1er décembre, a annoncé Emmanuel Macron le 28 octobre 2020 lors d’une allocution télévisée. Il a prévenu les Français que la deuxième vague « sera sans doute plus dure et meurtrière que la première » qui avait fait plus de 30 000 morts au printemps.

Le retour de l’attestation de sortie

Comme au printemps, il faudra sortir de chez soi « uniquement pour travailler, vous rendre à un rendez-vous médical, porter assistance à un proche, faire vos courses essentielles ou prendre l’air à proximité de votre domicile », a-t-il détaillé, en annonçant le retour de l’attestation. L’ensemble des mesures sera détaillé ce 29 octobre à 18h30 par le Premier ministre Jean Castex qui, auparavant, les défendra devant l’Assemblée nationale et le Sénat, où les débats seront suivis de votes.

Lors de discours le président de la République a souligné que l’activité économique ne devait « ni s’arrêter, ni s’effondrer ». « L’activité continuera avec plus d’intensité (par rapport au premier confinement), a insisté Emmanuel Macron. Ce qui veut dire que les guichets des services publics resteront ouverts, les usines, les exploitations agricoles, les bâtiments et travaux publics continueront de fonctionner. »

Un plan spécial pour les TPE et PME

Le président de la République a indiqué qu’un « plan spécial sera fait pour les indépendants, les commerçants, les très petites et moyennes entreprises », et les salariés et les employeurs « qui ne peuvent pas travailler continueront […] à bénéficier du chômage partiel et nous compléterons par des mesures de trésorerie pour les charges, les loyers des prochaines semaines », a-t-il indiqué.

Les marchés resteront ouverts

Les bars et les restaurants devront rebaisser le rideau, ainsi que les commerces non essentiels, comme cela avait été le cas au printemps. Les lieux de culture et salles de spectacle n’ont pas été évoqués mais ils faisaient partie des lieux fermés au printemps. Changements majeurs par rapport au confinement précédent : les écoles, collèges et lycées resteront ouverts, le travail pourra continuer, les Ehpad et les maisons de retraite pourront être visités.

Interrogé sur RTL le 29 octobre au matin, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a précisé que « les marchés seront ouverts ». Il a toutefois prévenu que, comme dans le cadre du premier confinement, il pourrait y avoir « une décision préfectorale dans le cas où ça ne se passerait bien ». Cette précision concerne les marchés couverts et ouverts.

Les fleuristes ouverts jusqu’à dimanche

Pour la Toussaint, célébrée ce week-end, le président de la République a indiqué que les cimetières « demeureront ouverts ». Le porte-parole du gouvernement a précisé que, pour permettre au Français de fleurir les tombes de leurs défunts, « les fleuristes ne fermeront pas comme les autres commerces ce soir mais pourront rester ouverts jusqu’à dimanche soir ».

Le dispositif sera réévalué « tous les 15 jours » mais, voulant faire preuve d’un peu d’optimisme, Emmanuel Macron a brandi « l’espoir de célébrer en famille Noël et les fêtes de fin d’année ».

Marie-Astrid Batut, avec l’AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER