S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les pluies et l’ensoleillement d’août divisent la France

réservé aux abonnés

 -
Durée d’ensoleillement du mois d’août. © Météo-France

Alors que le mois de juillet a été marqué par un ensoleillement « équitable et généreux » sur l’ensemble du territoire, le mois d’août creuse l’écart entre le Nord-Ouest et le Sud-Est.

« Sans atteindre des niveaux historiquement bas, les régions du nord-ouest ont connu un déficit d’ensoleillement marqué depuis début août, dépassant parfois les 30 % », indique Météo-France dans un communiqué paru ce 19 août 2019. Dans le Nord-Ouest, Dinar a vu son ensoleillement quotidien moyen passer de 12h30 au mois de juillet à seulement 4h30 depuis le début du mois d&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
38%

Vous avez parcouru 38% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Sans atteindre des niveaux historiquement bas, les régions du nord-ouest ont connu un déficit d’ensoleillement marqué depuis début août, dépassant parfois les 30 % », indique Météo-France dans un communiqué paru ce 19 août 2019. Dans le Nord-Ouest, Dinar a vu son ensoleillement quotidien moyen passer de 12h30 au mois de juillet à seulement 4h30 depuis le début du mois d’août, contre 12h00 par jour à Ajaccio.

Une pluviométrie contrastée qui inquiète

Alors que certaines régions ont dû faire face ce week-end à d’importantes perturbations pluvieuses, pour d’autres cet été pourrait « être le plus sec jamais observé ». Les orages de dimanche 18 août, violents pour la plupart et accompagnés de grêle et de fortes rafales, sont à l’origine d’importants cumuls de pluie. À Villefranche, dans le Rhône, 69 millimètres ont été enregistrés, équivalents à près d’un mois de précipitation.

A contrario, dans les régions situées entre le Languedoc et l’ouest de la Provence, « on observe également un déficit important depuis le début de l’année 2019, dépassant parfois les 60 % ». La ville de Montpellier présente un déficit pluviométrique proche de 80 % avec seulement 14 mm enregistrés depuis le 1er juin. Elle pourrait battre le record de la plus faible pluviométrie pour la saison estivale de 20 millimètres en 2006.

M.B.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER