S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La pomme résiste à la canicule

réservé aux abonnés

 -
Les vergers n’ont pas souffert de l’été. La France voit sa production de pommes se maintenir, contrairement aux autres pays européens. © C. Faimali/GFA

D’après les dernières statistiques du ministère de l’agriculture, la production de pomme a été peu affectée par la canicule. Les calibres sont réduits, mais la production se maintient proche de la moyenne.

« La production française de pommes est estimée en augmentation sur un an (+7 %) », souligne le ministère dans sa dernière note de conjoncture en citant les chiffres du premier septembre.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
44%

Vous avez parcouru 44% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« La production française de pommes est estimée en augmentation sur un an (+7 %) », souligne le ministère dans sa dernière note de conjoncture en citant les chiffres du premier septembre.

Dans l’ensemble des régions, la production est élevée. Seules la Région Centre et les vallées alpines auraient pâti de la chaleur estivale.

La ruée vers la golden

C’est en golden que l’évolution est la plus notable par rapport à 2018. Avec une hausse de production de 10 %, le volume total de la variété de pomme la plus cultivée de France atteindrait 413 500 tonnes.

La France en position de force

« Wapa prévoit en 2019 une production européenne de pommes en nette baisse par rapport à la forte récolte de 2018 (–20 %) et à la moyenne de 2013 à 2017 (–11 %) », rappelle le ministère. La production de la Pologne, notamment, chuterait de 44 % en un an.

Le chiffre d’affaires de la campagne de 2018-2019 est lui aussi en baisse de 5 % sur un an, mais reste 2 % au-dessus de la moyenne quinquennale. « Ce léger repli du chiffre d’affaires s’explique essentiellement par la baisse de la production [en 2018 NDLR] et des prix », indique le ministère.

I. Lo.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER