S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La conjoncture laitière s’améliore

réservé aux abonnés

 -
Le redémarrage de la collecte laitière française en juin laisse penser que les éleveurs ont privilégié l’anticipation des réformes pour limiter la production printanière. © Cédric Faimali./GFA

Après un sensible repli des livraisons en avril et en mai, la fin du mois de juin signe un retour à la croissance pour la collecte laitière française. Dans le même temps, le prix du lait standard (toutes qualités) se stabilise, autour de 338 €/1 000 litres en mai. Les scénarios catastrophes, imaginés au plus fort de la crise sanitaire, s’éloignent de plus en plus.

Un pic de collecte précoce et amoindri caractérise la production laitière française au printemps 2020. « Les livraisons ont reculé de 0,8 % en avril, puis de 1,6 % en mai par rapport à 2019, indique Jean-Marc Chaumet, de l’Institut de l’élevage (Idele), lors d’une conférence tenue le 9 juillet 2020. En juin, le recul n’est plus que de 0,5 %, et les sondages hebdomadaires de FranceAgriMer...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Un pic de collecte précoce et amoindri caractérise la production laitière française au printemps 2020. « Les livraisons ont reculé de 0,8 % en avril, puis de 1,6 % en mai par rapport à 2019, indique Jean-Marc Chaumet, de l’Institut de l’élevage (Idele), lors d’une conférence tenue le 9 juillet 2020. En juin, le recul n’est plus que de 0,5 %, et les sondages hebdomadaires de FranceAgriMer montrent même un retour à la croissance sur la dernière semaine. » Ce regain s’opère sur des marchés a priori ravivés, avec une valorisation beurre poudre qui tend vers son niveau d’avant crise.

Pas de décapitalisation du cheptel

Outre le fait que l’appel à la modération de l’interprofession soit levé, les bonnes conditions climatiques de juin expliquent ce rebond de la collecte. « Les précipitations ont été supérieures à la moyenne 1990-2010 et les températures se sont adoucies », confirme Jean-Marc Chaumet.

> À lire aussi : Gestion de crise, 48 millions de litres de lait évités en avril (17/06/2020)

Autre explication, « le solde mensuel entre les entrées (génisses) et les sorties (réformes) est redevenu positif en mai pour la première fois depuis six mois », souligne l’économiste. En juin, le cheptel affiche un repli de 1,5 % sur un an, une évolution moins marquée qu’en avril et mai (- 1,8 %). Le redémarrage de la collecte laisse penser que les éleveurs ont privilégié les réformes anticipées à la décapitalisation.

Prix du lait stabilisé

La valorisation beurre poudre du lait a gagné 32 €/1 000 litres en deux mois et s’élève à 272 €/1 000 litres en juin. Sur le marché spot du beurre (cotations Atla), le cours a repris 800 €/tonne depuis le creux de mi-avril. Sur la poudre maigre, la remontée est de 380 €/tonne. « On retrouve progressivement les niveaux d’avant confinement », indique Jean-Marc Chaumet. « La chute des cours a été moins intense et moins longue que prévue, ajoute Gérard You, de l’Idele. Cela, à mettre en lien avec le faible succès de l’aide au stockage privé de la Commission européenne, est le signe d’un meilleur équilibre des marchés. »

Après avoir perdu 13 €/1 000 litres entre février en avril, le prix du lait standard (toutes qualités) se stabilise finalement autour de 338 €/1 000 litres. Pour rappel, l’Idele craignait un repli des prix réels de 20 à 30 €/1 000 litres entre le premier et le second trimestre au plus fort de la crise. Le pire semble avoir été évité.

> À lire aussi : Crise sanitaire, inquiétude en vue d’une possible baisse du prix du lait (22/06/2020)

> À lire aussi : « Le prix du lait devrait rebondir en fin d’année » par Marion Cassagnou, analyste chez Agritel (08/07/2020)

Amélioration du solde commercial

En parallèle, le solde commercial laitier français a progressé de 13 % en valeur sur les cinq premiers mois de l’année. Une bonne surprise, au regard du contexte sanitaire. L’excédent commercial sur la poudre maigre a grimpé de 45 %. Le déficit sur le beurre a été divisé par deux, et celui sur la crème s’est vu annulé. De quoi compenser la perte de vitesse enregistrée sur les segments du fromage et des laits infantiles.

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER