S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les fabricants d’aliments boudent le blé français

réservé aux abonnés

 -
Le volume d’utilisation par les fabricants du bétail a diminué de 100 000 t et a été ventilé vers l’orge et le maïs à hauteur de 50 000 t chacun. © Cédric Faimali/GFA

À l’issue du conseil spécialisé des céréales de FranceAgriMer le 12 février 2020, Marion Duval, adjointe du chef de l’unité des grains et du sucre au sein de la direction des marchés, des études et de la prospective est revenue sur la conjoncture en Europe et en France.

À propos des exportations de blé tendre en Europe, Marion Duval rappelle que « le premier client est l’Algérie, mais qui présente un retrait de 10 % par rapport à l’année dernière à la même époque, en raison d’une absence d’appel d’offres cet automne. Les opérateurs s’attendent toujours à ce qu’il y ait un rattrapage, mais cela laisse néanmoins la place...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

À propos des exportations de blé tendre en Europe, Marion Duval rappelle que « le premier client est l’Algérie, mais qui présente un retrait de 10 % par rapport à l’année dernière à la même époque, en raison d’une absence d’appel d’offres cet automne. Les opérateurs s’attendent toujours à ce qu’il y ait un rattrapage, mais cela laisse néanmoins la place à d’autres pays. »

L’Arabie Saoudite, qui a ouvert ses importations au blé tendre de la zone de la mer Noire, reste cependant fidèle à ses fournisseurs historiques, notamment le nord communautaire.

À lire aussi : Marchés des céréales, la France tire son épingle du jeu des exportations (13/02/2020)

Des modifications d’utilisation en France

En France, les utilisations du blé tendre ont été révisées, avec une augmentation de 30 000 t pour le secteur de la panification. En revanche, son incorporation aux aliments du bétail est à la baisse, « probablement à la suite des grèves qui ont eu un impact sur l’approvisionnement des fabricants, mais aussi car le prix du blé est remonté et a donc perdu en compétitivité, souligne Marion Duval. Le volume d’utilisation par les fabricants du bétail a ainsi diminué de 100 000 t, et a été ventilé vers l’orge et le maïs à hauteur de 50 000 t chacun. »

Statu quo en blé dur

« Les disponibilités en blé dur n’évoluent pas, et les importations sont maintenues à 2 Mt, constate Marion Duval. Les importations de blé dur ont doublé par rapport à l’année dernière, ce qui fait écho à la situation tendue en Europe, où la production de blé dur s’est dégradée sur la campagne de 2019-2020. »

L’orge européenne compétitive

Pour le deuxième mois consécutif, la Commission européenne a revu à la hausse de 1 Mt les exportations d’orge, qui s’affichent à 11 Mt. « Cela est cohérent avec la bonne compétitivité des orges qui sont toujours moins chères sur le marché international, complète la spécialiste. À 32 semaines de campagne, les exportations enregistrent une avance de 28 % par rapport à l’année dernière. » Des interrogations subsistent concernant le Maroc, où le retour des pluies entraîne une production fourragère moins impactée que ce qui était attendu.

Record d’importations en maïs grain

Le rythme des importations de maïs grain est très important, après une année record en 2019 à 24 Mt en Europe. « Ces dernières semaines, le rythme semble redescendre et est en retrait de 9 % par rapport à l’année dernière, avec un volume de 13,4 Mt à 32 semaines de campagne, nuance Marion Duval. La Commission européenne a revu de +1 Mt son estimation d’importations de maïs pour cette campagne, à 20 Mt. Un chiffre en ligne avec les prévisions du CIC. » Les premières récoltes ont commencé au Brésil, et sont attendues record à 100 Mt.

Justine Papin
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER