S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Difficile de tenir les objectifs de poids avec du lait entier »

réservé aux abonnés

 - -->
© j.pezon
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
31%

Vous avez parcouru 31% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Contrairement à la poudre de lait reconstituée qui offre la possibilité d’augmenter la concentration de la buvée, les plans d’allaitement d’un repas par jour ne sont pas recommandés avec du lait entier. Car on ne peut pas faire boire les 8 litres/jour nécessaires à l’obtention d’un poids objectif de 90 à 95 kg au sevrage et de 210 kg à 6 mois, en vue de programmer des vêlages précoces. En effet, une étude réalisée sur la distribution d’un repas de 5 litres de lait entier, à partir de la troisième semaine de vie, montre que les veaux atteignent un poids compris entre 85 et 90 kg à 9 semaines et à peine 200 kg à 6 mois. Si la distribution d’un repas par jour simplifie le travail de l’éleveur, elle ne permet pas d’optimiser la croissance. Or, il est démontré que le niveau de production laitière d’une vache est corrélé avec sa croissance pendant la phase d’allaitement. Dans le cas du Gaec de Savie, si les veaux font effectivement 90 kg minimum au sevrage, il n’y a pas de raisons de remettre en cause leur schéma. Mais en règle générale, il est conseillé de ne pas passer à un repas de lait par jour avant trois semaines (surtout en période froide). On pourra alors distribuer un repas de 5 ou 6 litres, avec un aliment premier âge très énergétique et surtout très appétent pour inciter le veau à en consommer. Cela semble être le cas du Raltec : il contient beaucoup d’énergie sous forme de matières grasses (4,6 %) et du lactosérum pour l’appétence. Ce sera plus difficile avec du concentré fermier, à moins d’ajouter de la mélasse comme facteur d’appétence et de respecter une teneur en MAT de 17 à 18 %. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER