S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les premiers pas de Savencia dans les laits différenciés

Consommation. Savencia se différencie par ses marques, pas par des démarches de qualité. Le non-OGM et le bio vont y remédier.

Le résultat net de Savencia a reculé de 41 % en 2018 : 55 M€, contre 93 M€ en 2017. La faute, entre autres, au cours bas de la poudre qui a un impact sur sa grosse activité ingrédients, à des accords tarifaires compliqués en France et en Europe, ou encore à sa réorganisation (55 M€ de coûts). Le groupe rassemble ses moyens de recherche et marketing à Condé-sur-Vire (Manche) et en Ré...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le résultat net de Savencia a reculé de 41 % en 2018 : 55 M€, contre 93 M€ en 2017. La faute, entre autres, au cours bas de la poudre qui a un impact sur sa grosse activité ingrédients, à des accords tarifaires compliqués en France et en Europe, ou encore à sa réorganisation (55 M€ de coûts). Le groupe rassemble ses moyens de recherche et marketing à Condé-sur-Vire (Manche) et en République tchèque. Il ferme quatre usines : deux en France – à Coutances (Manche) avec CFR et à Claix (Charente) –, une en Pologne et une en Tchéquie.

Quatre motifs d’optimisme

L’optimisme est de retour pour l’année 2019. Savencia se réjouit d’un marché de la poudre prévu plus équilibré.

L’autre motif d’optimisme est du côté des PGC. D’un air faussement modeste, le fromager qualifie de « convenables » les hausses tarifaires obtenues auprès des GMS françaises. La loi Égalim et sa construction en avant du prix du lait l’ont bien aidé. Même s’ils n’y ont pas totalement répondu, ses clients n’ont pas pu se soustraire à la proposition de prix des producteurs de plus de 400 € les 1 000 litres. L’industriel ne craint pas le retour de bâton des GMS via les MDD « infimes dans [son] mix-PGC ». Cette éclaircie ne lui fait pas oublier le tassement des marchés français et européen (68 % de son chiffre d’affaires).

Il continue sa croissance à l’international, avec + 8 à 9 % en 2018.

Non-OGM : c’est parti

Pas de regret donc pour ses trois dernières acquisitions en Russie, en Corée du Sud et aux États-Unis qui lui donnent « pleinement satisfaction ». Pas de regret non plus sur son business model : « Des marques spécialisées qui répondent à la demande de produits locaux. » En revanche, il lui manque des démarches différenciées. Le groupe s’attelle à convertir une partie de sa collecte au non-OGM. Objectif : estampiller les fromages Caprice des Dieux, Fol Épi et Géramont (pour l’Allemagne). À cela s’ajoutera une part de la collecte de Terra Lacta sous AOP beurre Charente-Poitou, bientôt non OGM.

Des fromages bio sont également dans les cartons. Savencia a signé des contrats d’approvisionnements avec Terra Lacta et Eurial. À sa conférence de presse mi-mars, il est allé jusqu’à afficher son « engagement pour un monde durable », en réduisant son empreinte carbone de 20 % d’ici à 2025, « par une collaboration avec [ses] partenaires coopératifs et Sunlait ». Seul hic : Sunlait n’en a pas encore été informé.

Claire Hue

Lire aussi « L’interview » : Denis Berranger, AOP Sunlait.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER