S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Moins de poudre grasse au profit des produits à valeur ajoutée

réservé aux abonnés

Évolution. En repli sur l’UE mais en croissance sur les pays tiers, nos exportations s’éloignent du basique beurre-poudre.

Plus d’un litre de lait sur trois (37 %) collecté en France sert à fabriquer des produits exportés. Cette vocation exportatrice est ancienne et elle n’a pas cessé de progresser, même en période de quotas. C’est ce que montre une étude récente de FranceAgriMer sur les exportations françaises de produits laitiers sur les trente dernières années. Entre 1988 et 2018, elles sont passées...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Plus d’un litre de lait sur trois (37 %) collecté en France sert à fabriquer des produits exportés. Cette vocation exportatrice est ancienne et elle n’a pas cessé de progresser, même en période de quotas. C’est ce que montre une étude récente de FranceAgriMer sur les exportations françaises de produits laitiers sur les trente dernières années. Entre 1988 et 2018, elles sont passées de 3,07Md€ à 6,99 Md€. À partir de 2010, avec la hausse de la demande asiatique, elles ont même bondi.

Paradoxalement, depuis la fin des quotas en 2015, cette belle croissance apparaît stoppée. Mais il faut distinguer les exportations vers l’Union européenne, qui affichent un net repli ces dernières années, et celles vers les pays tiers qui, au contraire, sont orientées à la hausse, en particulier depuis 2010. Cette croissance sur le grand export est tirée par les produits secs qui comptent pour la moitié des exportations en valeur.

Mais le plus étonnant est l’évolution de la nature des produits que nous vendons hors Union européenne. En 1998, le premier produit exporté était la poudre grasse. Trente ans plus tard, elle représente moins de 6 % des exportations . Il faut surtout retenir la substitution des poudres de lait par des produits à plus forte valeur ajoutée, en particulier la poudre de lait infantile dont le prix très élevé en fait le premier produit sec exporté en termes de valeur (50 %). Le lactosérum a connu aussi une croissance colossale de ses volumes, tout en bénéficiant d’une revalorisation de son prix.

Une montée en gamme vers les pays tiers

Cette montée en gamme de nos exportations vers les pays tiers vaut aussi pour les fromages avec une réduction de la part des fromages frais, moins onéreux, au profit des pâtes molles et des pâtes cuites. Idem pour l’ultra-frais où les yaourts et la crème se substituent au lait liquide.

Nous sommes donc loin de la caricature qui voudrait que hors de l’Europe, on ne vend que des commodités : poudre, beurre, fromages, ingrédients. La hausse du pouvoir d’achat, notamment en Asie, ouvre des débouchés toujours plus importants sur des produits à haute valeur ajoutée. Interrogeons-nous aussi sur nos transformateurs qui, lorsqu’il faut parler prix du lait, associent le marché des pays tiers à la valorisation beurre-poudre si peu rémunératrice.

Dominique Grémy

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER