S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le palmarès de 2020

réservé aux abonnés

 -

Les Inel d’Or 2020, qui récompensent les innovations en élevage dans six catégories cette année, seront remis en direct le 9 octobre 2020 à 10h30.

Cet événement est organisé par L’Éleveur laitier et La France agricole. Les différents jurys sont constitués d’experts et d’éleveurs.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
3%

Vous avez parcouru 3% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Cet événement est organisé par L’Éleveur laitier et La France agricole. Les différents jurys sont constitués d’experts et d’éleveurs.

Six Inel d’Or et sept mentions spéciales ont été décernés dans six catégories : alimentation, santé animale, machinisme, équipements d’élevage, matériel de traite, services, sociétal et prix de l’éleveur.

Santé animale

Inel d’Or à Signs (groupe Irsea) : SecureCattle, la phéromone d’apaisement bovine

SécureCattle, une phéromone de synthèse, appliquée sur le bovin quelques heures avant un évènement stressant, a pour objectif de limiter les effets négatifs du stress, sur le comportement (agressivité par exemple) ou le système immunitaire. Il s’agit d’un produit naturel, sans résidu à appliquer en « Pour On » entre les cornes ou sur le chignon du bovin. La rémanence du produit est de quinze jours. Dans un lot, chaque animal est vecteur du produit pour ses congénères. La dose recommandée est de 5 ml par animal avant un épisode stressant. Cela peut être le sevrage, le vêlage, la séparation mère/veau, l’écornage, un changement de lot, un transport, etc.

L’avis du jury

« Les phéromones d’apaisement sont utilisées régulièrement et avec succès sur d’autres espèces (chien, chat). Le dossier présenté rapporte des résultats encourageants de cette phéromone bovine dans des essais menés dans des situations diverses : jeunes bovins à l’engraissement avec une tendance à améliorer les marqueurs de santé respiratoire et sur des vaches laitières avec réduction des comportements agnostiques. Le produit n’est pas présenté comme la solution miracle mais comme un nouvel outil au service du bien-être de l’animal. »

Machinisme

Inel d’Or à Emily : une centrale hydraulique indépendante de la pailleuse.

Avec la centrale hydraulique Agility, Emily répond à plusieurs problématiques couramment rencontrées chez utilisateurs de pailleuses trainées. Contrairement à un matériel entrainé par cardan, il est ainsi possible de braquer très court tout en conservant l’entrainement de la pailleuse, et ceci sans risque de casse mécanique. Le matériel est posé sur le relevage arrière et possède un piton pour atteler et dételer rapidement la pailleuse. Avec ce matériel, un tracteur de 40 à 50 ch suffit à entrainer la pailleuse, alors qu’en la connectant en direct sur l’hydraulique du tracteur, il faut généralement un modèle de 70 à 80 ch pour disposer du débit nécessaire.

L’avis du jury

« Il s’agit d’une innovation astucieuse qui répond à plusieurs problématiques : rayon de braquage pour travailler dans des aires paillées de petite surface, utilisation d’un seul tracteur, etc. Mais ce qui nous parait vraiment intéressant est de pouvoir travailler avec le vieux tracteur de faible puissance qui est souvent présent dans les élevages et bien pratique pour entrer dans les bâtiments. Il faut noter aussi la polyvalence de cette centrale, qui peut s’atteler à d’autres outils pas nécessairement de marque Emily. Enfin le prix de 3300 € parait raisonnable »

Machinisme

Inel d’Or à Vogelsang : un broyeur répartiteur précis et facile à entretenir

L’ECQ est un broyeur répartiteur de lisier pour rampe à pendillard conçu pour simplifier les opérations de maintenance. Plus besoin de démonter le coté de l’appareil, ni de déboiter le tuyaux pour accéder au rotor. Celui-ci se retire en ouvrant deux larges trappes à l’avant et l’arrière du bloc répartiteur. Un gain de temps pour l’utilisateur lors des opérations d’entretien. Coté répartition, il a obtenu de très bons résultats lors de tests officiels réalisés par l’organisme allemand DLG. Le constructeur met aussi en avant l’architecture de l’ensemble qui offre une grande capacité de coupe, avec un débit élevé pour une puissance d’entrainement réduite jusqu’à 50 % par rapport à d’autres systèmes.

L’avis du jury

« Cette nouvelle génération de broyeur répartiteur se démarque par la simplicité de sa maintenance. Il permettra un gain de temps et moins de risques d’erreurs. En outre ce rotor à trois angles d’attaque devrait offrir plus de régularité et moins de pertes de pression. Le constructeur annonce une meilleure répartition transversale qui restera à vérifier avec différents débits. Enfin rappelons que dans le cadre du plan de réduction des émissions polluante de l’air (PREPA), l’usage des rampes à pendillards devrait se généraliser. »

Machinisme

Mention spéciales à Krone : une béquille de dételage sécurisée pour les faneuses Vendro Highland

Pour éviter tout risque de basculement vers l’arrière de la faneuse au moment des opérations d’attelage ou de dételage, Krone propose un nouveau système de béquilles de stockage nommé Dynamic. Il se compose d’une paire de pieds dépliable sur l’avant et d’un troisième point d’appui à l’arrière de la machine. Contrairement à la majorité des faneuses du marché qui ne sont équipées que d’un stabilisateur que les utilisateurs ne déplient pas toujours, ce large pied arrière vient se poser au sol. Ainsi, quand le matériel est stocké, les roues restent suspendues en l’air. Cette béquille évite aussi qu’au moment de l’attelage la machine ne puissent se renverser.

L’avis du jury

« Voilà une innovation simple et astucieuse et sans doute peu coûteuse qui offre davantage de sécurité aux utilisateurs de cette faneuse. Avec ce système de béquillage les pneus ne supportent pas tout le poids de la machine pendant l’hivernage ce qui augmentera leur durée de vie. »

Machinisme

Mention spéciale à Fendt : une cabine du télescopique s’élève pour plus de visibilité

La cabine qui équipe en standard le Cargo T955 peut s’élever de sa position initiale à 2,35 m par rapport au sol jusqu’à 4,25 m de hauteur. Le chauffeur dispose ainsi d’une meilleure visibilité sur son travail ainsi que sur le côté droit de la machine. La cabine est simplement montée sur un parallélogramme mécanique avec un vérin unique qui soulève l’ensemble. Il s’agit d’un gros gabarit de 171 ch, pour une longueur de bras atteignant 8,45 m et une capacité de levage de 5,5 t. La marque allemande annonce aussi son intention de proposer à l’avenir une gamme plus large avec des modèles plus petits.

L’avis du jury

« L’innovation de Fendt est d’avoir adapté ce concept de cabine qui s’élève à un télescopique agricole. Cela peut représenter un réel confort pour différents chargements où la visibilité est très réduite (benne de camion). Le constructeur Allemand déclinera-t-il ce principe sur des modèles plus accessibles aux éleveurs ? »

Machinisme

Mention spéciale à Agrizone : une pince à balles et pique-bottes 2 en 1

La pince Sonarol CWB SNR 1500 combine deux fonctions, d’une part une fourche pique-bottes à quatre dents pouvant prendre deux balles rondes côte à côte, et, d’autre part, une pince pour enrubannage. Le chauffeur possède ainsi deux outils en un sans avoir à atteler et dételer d’accessoires. Il choisit celui qu’il veut utiliser en faisant pivoter l’ensemble de 90 degrés. Au champ, cette fourche permet aussi de ramener trois bottes d’un coup.

L’avis du jury

« Nous avons voulu signaler cette combinaison astucieuse de deux outils qui semble très fonctionnelle. Cela peut éviter d’acheter deux équipements pour travailler à la paille et à l’enrubannage. La possibilité de pouvoir ramener trois bottes à la fois diminue aussi le nombre d’allers et retours dans la parcelle. »

Matériel de traite

Inel d’Or à SAC : Blance Arm, un bras de soutien des tuyaux à lait et de pulsation

Le Balance Arm est un bras mobile, qui soutient les tuyaux à lait et de pulsation. Il diminue le poids de l’ensemble des faisceaux de traite.. C’est un ensemble en acier inoxydable qui se déplace librement vers le haut, le bas et sur les côtés sans gêner le trayeur. Le Balance Arm

permet un positionnement optimal du faisceau en s’assurant que le poids sur chaque trayon soit identique. Le faisceau trayeur est ainsi parfaitement équilibré sous la vache. Cette diminution du poids du faisceau sur les mamelles assure un meilleur confort à la vache et limite les décrochages intempestifs. Et il offre à l’éleveur un environnement plus ergonomique.

L’avis du jury

« L’ergonomie, pour le trayeur et les vaches, est essentielle pour réaliser une traite dans les meilleures conditions. Cet équipement simple permet un bon équilibre du faisceau sur la mamelle, ce qui réduit les risques d’entrées d’air et de traites incomplètes sur certains quartiers. Le trayeur bénéficie en plus d’un soutien/accompagnement des tuyaux pendant la phase de pose. L’innovation est plus sur le volet « flottant », animé par le contre-poids, suivant le mouvement de l’animal. Le dispositif est à notre avis encore perfectible sur son design. »

Matériel de traite

Mention spéciale à Stellapps : Con Trak, la surveillance et le suivi du tank à lait

La solution Con Trak permet de surveiller toute l’activité du tank à lait à distance et en temps réel. Elle permet d’avoir une vue d’ensemble sur toute l’activité du tank et de ses cycles de refroidissement, vidange, lavage, pour juger des éventuels dysfonctionnements ou d’une consommation énergétique trop importante. Les éleveurs équipés sont prévenus immédiatement par SMS et mail des possibles incidents : panne de courant, refroidissement défaillant, défaut de l’agitateur, absence de lavage, etc, pour permettre une action rapide.

L’avis du jury

« Il s’agit de l’une des premières applications complètes pour suivre l’ensemble des paramètres de fonctionnement d’un tank à lait. Le produit intègre une dimension « économie d’énergie ». A l’échelle de tout un parc de tank (laiterie) ou pour un producteur qui transforme à la ferme, ce produit pourrait avoir de l’intérêt. C’est moins certain pour une exploitation individuelle. »

Alimentation

Inel d’Or à Kemin : Kessent M, une forme innovante de méthionine protégée

L’objectif affiché par Kemin est d’apporter cette méthionine au moindre coût depuis le sac d’origine jusqu’à l’intestin. Pour cela Kessent M possède des caractéristiques physiques particulières qui reposent sur un triptyque : une forme ronde régulière, une taille réduite (inférieure à 2 mm) et une densité élevée (supérieure à 1,2). Ces trois propriétés assurent une meilleure homogénéité dans les mélanges, une stabilité de la protection dans la fabrication de la ration des vaches (moins de risques de rupture mécanique de la protection) mais aussi un comportement dans le rumen différent assurant un transit plus rapide vers l’intestin. Des recherches récentes ont en effet démontré que la densité et la taille des particules sont deux facteurs clés du temps de rétention dans le rumen, donc du risque de dégradation. Cette meilleure stabilité de la protection physique de Kessent M comparée à une autre forme de méthionine protégée se traduit par des performances de production supérieures.

L’avis du jury

« Nous avons voulu récompenser une innovation qui consiste à améliorer la protection de la méthionine en jouant sur la taille et la densité des particules. Ce résultat est la première application de recherches très récentes conduites par l’Inra de Rennes en 2019. Cela va dans le sens d’une meilleure efficacité de l’azote dans les rations en optimisant le profil en acides aminés. Le dossier est scientifiquement solide. La biodisponibilité du produit est démontrée, les effets positifs sur le TP et la caséine sont acceptables mais pas celui d’une augmentation de la production laitière. Nous regrettons aussi l’absence de données économiques. A quel prix sera commercialisée cette méthionine pour que les éleveurs y trouvent un intérêt ? »

Équipements d’élevage

Mention spéciale à Satene : nourrisseur et râtelier combinés

Sur une longueur de trois mètres cet outil permet de distribuer à la fois du foin et de l’aliment en granulé, les deux aliments sont accessibles de chaque côté. Il est disponible avec 2 parcs sélectifs (pliables pour le remplissage). Pour un lot de génisses laitières, il sera positionné dans la parcelle sans aucun parc. Un hublot équipe la trémie pour connaître la quantité de granulé disponible. Longueur : 3m ; Largeur : 1m / 5m avec parcs dépliés ; Hauteur : 2m10 ; 1800 litres de trémie ; Râtelier pour une botte ronde.

L’avis du jury

« Nous avons voulu signaler cet équipement « deux en un » qui, à notre connaissance, n’existait pas sur le marché. Cela forme un monobloc stable et sans doute robuste, facile à déplacer, intéressant pour compléter un lot de jeunes bovins à la pâture. »

Équipements d’élevage

Mention spéciale à Nutrilac : un support de seaux à lécher

Le Fixo Quattro est le premier support multi seaux à lécher, autoporteur, qui permet de présenter 4 seaux à la fois pour compléter des lots d’animaux de grande taille. Fabriqué en polyéthylène rotomoulé, le Fixo Quattro est léger (27 kg) et facilement manipulable et pratique à nettoyer. Il mesure 95X95 cm sur sa base et 62 cm de haut, donc facilement transportable dans un véhicule utilitaire. Le positionnement en hauteur des seaux à lécher augmente et sécurise leur consommation et évite la souillure des seaux.

L’avis du jury

« Certes ce n’est pas une innovation technologique mais il faut signaler le côté pratique de cet équipement. Cela évite de chercher ou de bricoler un support pour fixer les seaux à lécher à la pâture ou dans le bâtiment. En outre il est facile à transporter ».

Services

Inel d’Or à Auriva : €roval, une aide au choix d’un taureau à viande

€uroval permet d’évaluer l’impact en € du choix génétique d’un taureau à viande utilisé en croisement sur vache laitière. Les taureaux de croisement de AURIVA sont évalués selon de nouvelles valeurs génétiques exprimées en € : €NAIS pour le volet Repro-Naissance et €VAL3s synthétisant l’apport génétique total, sur l’ensemble des caractères évalués. En fonction de leurs performances, des labels leur sont attribués : FERTIxt +, pour des taureaux à la fertilité supérieure ; DGxt + lorsque le taureau favorise des durées de gestation courtes et VIAxt +, pour des taureaux dont la descendance affiche des taux de mortalité faibles.

L’avis du jury

« Une innovation qui servira aux éleveurs laitiers à choisir de façon plus pertinente, et avec d’autres critères, le taureau de croisement qui leur convient. D’autant qu’avec le génotypage, les IA en croisement sont de plus en plus fréquentes en élevages laitiers. Il sera intéressant d’orienter son choix en fonction, par exemple, de la fertilité de la semence ou de la durée de la gestation. €uroval permet d’évaluer l’impact du choix génétique en Euros, mais attention à ce que ce bénéfice annoncé ne soit pas consommé par un prix plus élevé des paillettes ainsi qualifiées. ».

Services

Mention spéciale à Prim’Holstein France : Illicow, une application qui évalue l’accouplement

Cette application intègre les données du troupeau et celles de plus de 4 000 taureaux. Elle permet d’obtenir avant l’insémination ou avant l’achat de doses, un aperçu de la valeur génétique d’un accouplement. Jusqu’à 10 tests peuvent¬ être réalisés, avec la possibilité de reprendre la même femelle ou le même taureau pour établir des comparaisons. L’application mobile fonctionne hors ligne. Elle est accessible gratuitement pour les adhérents bénéficiant déjà du planning d’accouplement interactif. Pour les non-adhérents, le service est proposé au tarif de 161 €/an HT.

L’avis du jury

« Nous avons voulu signaler cet outil qui est le résultat d’un travail engagé depuis plusieurs années par PHF. L’intérêt ici est de pouvoir utiliser cette application hors connexion. C’est un service intéressant pour tous les éleveurs de prim’holsteins, car proposé à un tarif abordable aux non adhérents ».

Sociétal

Lauréat : Greenmac pour Bio Up, un procédé d’épuration du biogaz très performant

Alors que la majorité des installations de méthanisation emploient un procédé de traitement du Biogaz par membrane, la société néerlandaise Greenmac propose un principe différent : le lavage aux amines.

Le fabricant annonce plusieurs avantages comme par exemple une efficacité de 99,9 %, soit 1 à 2 points de mieux que les systèmes courants du marché. Autre atout : ce procédé fonctionne bien sur les installations comptant moins de 350 vaches laitières, là où d’autres principes ne deviennent intéressants qu’en regroupant les effluents de plusieurs exploitations. Le fonctionnement nécessite peu d’électricité car tout est alimenté à faible pression. Ce matériel est disposé dans un container qui s’installe facilement sur l’exploitation.

L’avis du jury

« C’est un système d’épuration de Biogaz fonctionnant à petite échelle, pour moins de 350 vaches laitières, rapprochant ainsi la réalisation d’une unité de méthanisation à l’échelle de l’exploitation. L’ acceptabilité des projets méthanisation par la société s’en trouvera renforcée puisqu’on évite aussi ici les transports sonores (camions) de matières organiques odorantes. Outre la production d’énergie durable, non fossile, renvoyant une contribution positive de l’élevage, ce traitement des gaz réduit de 50 % les émissions de méthane, gaz à effet de serre. »

Prix des éleveurs

Lauréat : Hipra santé animale pour Ubac, un vaccin contre les mammites à streptocoque

Ubac est le premier vaccin assurant une protection contre les mammites à streptocoque uberis, responsable de mammites cliniques mais aussi de mammites chroniques.

Près de 10 ans de recherches ont été nécessaires pour trouver les bons antigènes répondant aux différentes souches connues de la bactérie. L’autre innovation d’Hipra est d’associer différents adjuvants à un immunostimulant, utilisé pour la première fois en santé animale, qui attire et active les cellules (dentritiques) du système immunitaire. La production d’anticorps est ainsi stimulée. Les études présentées montrent que les vaches vaccinées se défendent mieux par rapport à l’infection. L’incidence des mammites cliniques est réduite ainsi que le nombre de cellules somatiques dans les échantillons de lait positifs à streptococcus uberis.

L’avis du jury en 2019

« C’est incontestablement une innovation importante car nous n’avions pas de vaccins contre ce germe, premier responsable des mammites en élevage. Ce sera un outil de prévention supplémentaire. Le dossier est scientifiquement solide avec des données dans des élevages infectés. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER