S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un vaccin BRSV par voies intranasale et intramusculaire

réservé aux abonnés

 - -->
Agent infectieux récurrent dans les élevages, le BRSV, virus syncytial respiratoire bovin, est la cause majeure des troubles respiratoires chez le veau de moins de un an. La moitié des animaux sont infectés avant 12 mois, et plutôt en hiver. Les formes sont variables : peu sévères – voire asymptomatiques –, jusqu’à très aiguës avec fièvre élevée, abattement et anorexie...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Agent infectieux récurrent dans les élevages, le BRSV, virus syncytial respiratoire bovin, est la cause majeure des troubles respiratoires chez le veau de moins de un an. La moitié des animaux sont infectés avant 12 mois, et plutôt en hiver. Les formes sont variables : peu sévères – voire asymptomatiques –, jusqu’à très aiguës avec fièvre élevée, abattement et anorexie. La morbidité (caractère maladif) est élevée (20 à 50 %), mais la mortalité faible (2 à 5 %). Le système immunitaire du veau est peu robuste, il faut donc le stimuler. L’infection peut apparaître même en présence d’anticorps. Le BRSV rend donc nécessaire une immunité plurielle, afin de protéger les veaux dans les périodes à risque : à la naissance, et en périodes de stress (sevrage, allotement). En outre, les anticorps maternels, qui ne protègent que partiellement le très jeune veau, peuvent interférer avec la protection vaccinale et aggraver les troubles observés.

Hipra propose donc un vaccin, Nasym, qui répond à ces contraintes. Son originalité est d’être utilisable en intranasale et en intramusculaire. Deux voies qui produisent des réactions immunitaires différentes : locale ou systémique. L’utilisation intranasale de Nasym se fait à partir de l’âge de 9 jours, et assure une réponse rapide, avec une réduction des signes cliniques respiratoires dès cinq jours après l’administration. Elle développe une immunité locale qui n’interfère pas avec les anticorps maternels. À deux mois, un rappel intramusculaire­ renforce l’immunité et met en place une mémoire immunitaire pour une protection longue jusqu’à l’âge de huit mois. Il s’agit donc d’un protocole souple, qui s’adapte aux risques de l’élevage et aux dates de vêlage. Ainsi, Nasym peut s’utiliser en intranasale puis en intramusculaire, ou en intranasale seule, à 9 jours. Enfin, pour les plus de 10 semaines, il est administré en une injection intramusculaire initiale, suivie­ d’une seconde après quatre semaines.

Il s’agit d’un vaccin vivant atténué contre une souche virulente du BRSV, qui a démontré son efficacité avec une baisse de 89 % des signes cliniques sévères par rapport à un placebo. Son innocuité a été vérifiée, ainsi que la disparition­ de la souche vivante du vaccin dès quatre jours après l’injection.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER