S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Emmanuel Macron n’a « pas changé d’avis » sur le glyphosate

réservé aux abonnés

 -
Interviewé par le média en ligne Brut, Emmanuel Macron a répondu aux questions sur son objectif de sortir la France du glyphosate. © capture vidéo Brut

Le président de la République a expliqué aux journalistes de Brut qu’il n’avait « pas changé d’avis » au sujet de la sortie du glyphosate. Il a en revanche reconnu que la France n’a pas réussi à tenir l’objectif qu’il avait fixé pour cet herbicide.

« Je n’ai pas changé d’avis, je n’ai pas réussi, a répondu Emmanuel Macron à la question posée par un internaute lors de son interview le 4 décembre 2020 par le média en ligne Brut. Je n’ai pas changé d’avis, je suis pour qu’on en sorte. » Et si la France n’a pas réussi à sortir du glyphosate au 1er janvier 2021 comme le président de la République s&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Je n’ai pas changé d’avis, je n’ai pas réussi, a répondu Emmanuel Macron à la question posée par un internaute lors de son interview le 4 décembre 2020 par le média en ligne Brut. Je n’ai pas changé d’avis, je suis pour qu’on en sorte. » Et si la France n’a pas réussi à sortir du glyphosate au 1er janvier 2021 comme le président de la République s’y était engagé, c’est d’abord un échec « collectif ».

Un échec européen

Pourquoi est-ce un échec collectif ? Parce que pour le président de la République, c’est au niveau européen que la question doit se régler. « Ça se gère au niveau européen toutes ces choses-là puisqu’on est un marché unique, a-t-il insisté. L’Europe agricole, l’Europe contre les pesticides, c’est l’Europe et pas que la France. »

En 2017, lors de la réhomologation européenne du glyphosate, la France a plaidé pour une échéance à trois ans quand « l’Europe met son objectif à cinq ans. Si nous ne nous étions pas battus, à l’époque avec Nicolas Hulot, pour qu’au niveau européen, on ait une majorité pour interdire le glyphosate en 2022, pour avoir cette échéance, ce rendez-vous, les autres repartaient à dix quinze ans. »

L’objectif toujours dans le viseur du président

Après avoir expliqué les raisons de cet échec à sortir du glyphosate, le chef de l’État a montré qu’il ne lâchait pas son objectif pour autant. « On va réussir à faire d’ici à la fin de 2022, nous Français, on aura baissé de 50 % [notre consommation de glyphosate], a-t-il affirmé. Comment ? On y a été à marche forcée. »

D’ici à la fin de 2022, nous Français, on aura baissé de 50 % notre consommation de glyphosate.Emmanuel Macron, président de la République

Le président de la République a listé les mesures adoptées pour atteindre son objectif, comme l’interdiction des autorisations de mise sur le marché de certains usages du glyphosate. Emmanuel Macron a aussi cité le « crédit d’impôt pour aider [les agriculteurs] à investir dans cette transition pour sortir du glyphosate ».

À lire aussi : Le gouvernement va « accentuer l’aide financière » à la sortie du glyphosate (30/11/2020)

Ce « n’est pas le pire » des pesticides

Emmanuel Macron a reconnu que le glyphosate « n’est pas le pire [des pesticides]. Ce n’est pas le plus dangereux, de très loin. Parmi les herbicides et les fongicides, il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup plus dangereux, mais c’est le plus répandu, le plus utilisé. » Pourquoi ? Parce que la France est un grand pays agricole et que le glyphosate n’était pas utilisé que par les agriculteurs.

Le président a enfin souligné l’importance de la recherche et de la mise à disposition des agriculteurs d’alternatives à l’interdiction du glyphosate. « Parce que si j’ai des agriculteurs qui n’utilisent plus de glyphosate, mais qui utilisent un herbicide plus dangereux j’ai tout perdu. »

Éric Roussel
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER