S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Au mieux vers un encéphalogramme plat

réservé aux abonnés

 - -->

À trois mois de la fin de l’année, la tendance qui se dessine est une baisse légère chez Sodiaal et Lactalis. Le retrait est plus marqué chez Eurial-Agrial et surtout Savencia.

Qui, des quatre leaders de l’industrie, a le mieux payé depuis le début de l’année ? Répondre objectivement oblige à tenir compte des retours de la saisonnalité appliquée chez Sodiaal et Savencia (pas chez Lactalis et Eurial-Agrial). Or, si Savencia doit régulariser, sur les paies de septembre, à l’euro près, pour chaque exploitation des OP Sunlait, l’effort de trésorerie demandé à...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Qui, des quatre leaders de l’industrie, a le mieux payé depuis le début de l’année ? Répondre objectivement oblige à tenir compte des retours de la saisonnalité appliquée chez Sodiaal et Savencia (pas chez Lactalis et Eurial-Agrial). Or, si Savencia doit régulariser, sur les paies de septembre, à l’euro près, pour chaque exploitation des OP Sunlait, l’effort de trésorerie demandé à ses livreurs au printemps (en octobre pour les « FMB »), Sodiaal en aura encore à verser sur le dernier trimestre. Nous avons donc pris le parti, pour comparer les prix payés, de réintégrer sur septembre 100 % de la saisonnalité encore due.

Lactalis et Sodiaalau coude-à-coude sur neuf mois

Cette correction apportée, l’écart entre Sodiaal et Lactalis apparaît minime. D’après notre observatoire, sur les neuf premiers mois, Lactalis a payé l’OPLB dans l’Ouest à une moyenne de 351,44 €/1000 l (lait à 42/33, super A, tank en propriété), Sodiaal 349,20 €. La différence est faible aussi dans le Sud-Est avec un Lactalis à 351,51 €, un Sodiaal à 352,85 €. Idem dans le Nord (355,53 €/355,38 €). Ces prix conduisent, en septembre, à une baisse de la moyenne sur douze mois glissants comparée au prix moyen 2019 de - 1,7 à - 3 € chez Lactalis selon les régions, de - 1 à - 1,6 € chez Sodiaal. Elle préfigure, sauf surprise improbable au T4 de la tendance sur 2020.

Le retrait est un peu plus marqué chez Eurial-Agrial, dont le prix avait aussi plus nettement progressé en 2019 (+14 €/+ 8 à 10 € chez Sodiaal et Lactalis). Il baisse de - 5,7 € en Bretagne-Pays de la Loire, -7,5 € dans l’Est pour sa filiale. Voyez-y le résultat de prix de base plus bas depuis janvier. En Bretagne- Pays de la Loire, la coopérative a payé 345,3 €… 3,9 € de moins que Sodiaal et 6,4 € que Lactalis. L’écart est plus important dans l’Est pour Eurial Ultra-Frais, à 343,4 € contre 350,78 € pour Sodiaal et 356,5 € pour Lactalis.

Savencia les deux pieds sur le frein depuis janvier

Le coup de frein apparaît bien plus important pour Savencia. Il faut y voir le retour de manivelle d’un prix du lait qui avait, l’an dernier, progressé deux fois plus (+18,5 à +19,6 €) que chez Lactalis (+ 9 à +10 €) et Sodiaal (+ 8,5 à + 9 €). On avait ainsi vu l’écart se creuser avec, sur 2019, une OP Cleps dans l’Ouest affichant un prix moyen de 366,32 €… 10,8 € de plus que Lactalis et 13,2 € que Sodiaal. Même constat pour FMB Grand Ouest (+ 18,5 €, à 364,10 €).

En remettant en cause sa formule de prix officieuse avec Sunlait, officielle et signée avec FMB (modification du mix-produit et des indicateurs de marché), et qui avait boosté son prix du lait l’an dernier, Savencia recolle sans surprise à ses concurrents. Sur les neuf premiers mois, il a payé quasi sur la même base que Lactalis, à 351,7 € pour l’OP Cleps (+ 0,25 € que l’OPLB, 2,5 € que Sodiaal). Même constat dans l’Est, à 356,9 € (+ 0,35 que l’APLSE-Lactalis). On voit ainsi, en septembre, dans ces deux régions, le prix sur les douze derniers mois reculer de l’ordre de 10 €, respectivement à 356 € et 362,4 €… avec un écart ramené tout juste à + 4 € sur Lactalis. Pour FMB Ouest, la baisse est de 8,3 €, à 355,83 €.

Des hausses rares

Les deux coopératives de vente de lait de notre observatoire accusent une baisse sensible par rapport à 2019 : -12,3 €, à 341,7 € pour l’ULM, -10,4 € pour Laitnaa à 351,6 €. Rares sont, au final, dans nos 53 laiteries suivies, celles à enregistrer un prix annuel en hausse. Elles se comptent sur les doigts d’une main : stabilité aux Maîtres Laitiers du Cotentin (- 0,3 €), + 4 € pour Milleret et + 1,4 € pour Alsace lait dans l’Est, +3,6 € et + 4,3 € pour LSDH et Triballat Rians dans le Centre.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER