S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Cap2R me donne des pistes pour réduire mes émissions »

réservé aux abonnés

 - -->
Pascal Poulard, installé dans le Maine-et-Loire, constate d’année en année les effets du réchauffement climatique sur ses récoltes de fourrages. © P. L. C.

Climat. Éleveur bio, Pascal Poulard a découvert, grâce au bilan Cap2R (1), qu’il est déjà performant sur le plan des émissions de gaz à effet de serre. Et il peut encore progresser.

En Gaec avec son frère dans le Maine-et-Loire, Pascal Poulard est passé en bio en 2012. « Nous avons franchi ce cap parce que nous poursuivons un objectif d’autonomie à tous les niveaux de l’exploitation », explique-t-il. C’est ce qui les a conduits aussi à installer des panneaux photovoltaïques en 2010. À partir de leurs 30 km de haies, ils ont développé une filière de bois dé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
7%

Vous avez parcouru 7% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

En Gaec avec son frère dans le Maine-et-Loire, Pascal Poulard est passé en bio en 2012. « Nous avons franchi ce cap parce que nous poursuivons un objectif d’autonomie à tous les niveaux de l’exploitation », explique-t-il. C’est ce qui les a conduits aussi à installer des panneaux photovoltaïques en 2010. À partir de leurs 30 km de haies, ils ont développé une filière de bois déchiqueté qui alimente des chaudières de la ville d’Angers toute proche. Une petite méthanisation (50 kWh) est venue compléter ces équipements en 2018, pour augmenter la production d’énergie non carbonée. L’essentiel de l’alimentation du digesteur se fait à partir de l’exploitation : lisier pailleux, Cive, refus alimentaires. S’y ajoutent des déchets de pommes d’une entreprise voisine. La chaleur sert à sécher le foin et à chauffer des logements. Le liquide produit est renvoyé dans le circuit d’irrigation.

Une MAE pour valoriser les prairies inondables

L’élevage s’est engagé dans une MAE visant à valoriser les prairies inondables toutes proches. Ces surfaces peuvent être pâturées et fauchées en mode très extensif. Elles contribuent ainsi à augmenter les ressources fourragères tout en préservant la biodiversité. En 2013, les éleveurs ont commencé à introduire des jersiaises dans leur troupeau laitier. « Elles produisent moins en première lactation mais montent en puissance ensuite. Elles vêlent seules, valorisent bien les fourrages, vieillissent bien et ne sont pas sensibles à la maladie de Mortellaro. » Les éleveurs utilisent des doses sexées pour parer au problème de la faible valorisation des veaux jersiais. Ils font aussi un peu de vente directe de viande de veau.

Tout cela conduit à un ensemble cohérent qui fonctionne. L’élevage achète toutefois 10 tonnes de soja par an, essentiellement pour attirer les vaches au robot de traite : le mélange de pois et féverole ne suffit pas à maintenir le taux de fréquentation. Et les rendements en féverole sont aléatoires. Pascal souhaitait réaliser un bilan carbone de son exploitation­ car il se sent concerné par le réchauffement climatique. Il commence à en sentir les effets chez lui. « Avant, les prairies inondables étaient sous l’eau en hiver et neuf fois sur dix, on commençait à faucher ou à pâturer en avril. Désormais­, on a des inondations fin mai-début­ juin, un an sur deux », précise-t-il. Les récoltes de fourrages sont fortement réduites et la biodiversité est pénalisée. Dans ce contexte, Pascal­ était curieux de connaître les émissions de gaz à effet de serre de son activité. Et il souhaitait avoir des pistes pour la réduire. Le bilan a été réalisé en 2019 par Vianney Thin, de la chambre d’agriculture, sur les résultats de 2018. De ce fait, il n’intègre pas la méthanisation qui était en cours d’installation. Pour réaliser ce bilan, l’élevage a été aidé financièrement par sa laiterie (Sodiaal) et par la Région. Pascal a aussi bénéficié de deux jours de formation.

En pratique, le calcul se base sur la comptabilité. Il débouche sur l’évaluation de l’empreinte carbone nette, qui est la différence entre les émissions et le stockage. Le bilan détaillé met en évidence les points forts et faibles de l’exploitation sur le plan des gaz à effet de serre. Il situe l’élevage par rapport à des références établies pour différents systèmes de production, dans le cadre du programme Carbon Dairy.

Un faible excédent d’azote, grâce à un système autonome

Parmi les contributions positives, on note un excédent faible du bilan de l’azote : 14 kg N/ha. Cela est lié à l’autonomie du système, avec un bas niveau des entrées d’azote. Parce qu’il est bio, l’élevage n’achète pas d’engrais et distribue peu de concentrés. Certaines pratiques, tels l’utilisation d’une rampe à pendillards et l’enfouissement rapide des déjections après épandage, contribuent à améliorer le bilan. Le taux de renouvellement faible (25 %), l’âge au vêlage (28 mois) et la proportion des génisses sur l’ensemble des UGB de l’atelier (45 %) améliorent aussi le bilan de l’exploitation.

En revanche, d’autres critères apportent une contribution négative. C’est le cas de la productivité par vache en lait corrigé (5 086 l/VL) ou du temps passé au pâturage (138 jours/VL/an, sachant qu’un jour correspond au cumul de vingt-quatre heures). De plus, les consommations de carburant et, surtout, d’électricité dépassent les valeurs de référence. Pour le carburant, cela s’explique en partie par d’importants travaux de défrichage effectués en 2018.

Au final, l’empreinte carbone nette de l’exploitation s’établit à 0,58 kg équivalent CO2/l de lait corrigé, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne des élevages comparables. Mais c’est mieux que le chiffre de 0,93 kg éq. CO2/l de lait retenu en moyenne pour les exploitations laitières. Ici, les émissions se situent bien, tandis que le stockage reste inférieur aux valeurs de références. L’atelier lait de l’exploitation compense 33 % de ses émissions grâce au stockage, un très bon résultat, selon Vianney Thin. Le poste principal d’émissions vient de la fermentation entérique, et donc des animaux. L’élevage se positionne bien sur la gestion des effluents. La méthode de calcul, qui ramène les émissions au volume de lait produit, peut se révéler pénalisante pour un élevage bio, peu productif. Mais l’objectif est bien d’évaluer l’empreinte des produits de l’élevage.

La meilleure piste de réduction des émissions concerne donc la limitation du nombre d’animaux improductifs et l’augmentation de la productivité laitière. « On constate que sur la plupart des élevages laitiers, réduire l’effectif improductif, pour augmenter le lait produit par vache présente, offre le meilleur moyen de limiter les émissions de méthane par litre de lait », souligne Vianney Thin.

« Il est vrai que notre productivité est assez faible, car nous sommes en bio et sur des terres à faible potentiel. Notre système de production est adapté à ces conditions, et on n’envisage pas de tout changer », analyse Pascal.

Prise en compte de la méthanisation dans le bilan 2021

Néanmoins, l’éleveur réfléchit à la manière de réduire le cheptel improductif, peut-être en vendant des génisses amouillantes. Mais il va continuer à conserver les vaches de réforme pour les finir car cela permet de mieux les valoriser. Ses jersiaises vêlent à 24 mois. Ramener l’âge au vêlage des holsteins à ce niveau semble compliqué en maintenant un mode d’élevage plutôt extensif. L’arrêt des achats de soja n’est pas envisageable avec les objectifs de fréquentation du robot. Et en acheter davantage pour booster la production aurait des conséquences économiques importantes. « On ne peut pas remettre en cause l’économie de l’exploitation », souligne Pascal.

Un nouveau bilan sera réalisé en 2021. La méthanisation sera intégrée et la prise en compte de cette énergie non carbonée devrait réduire l’empreinte de l’élevage. La consommation électrique liée au séchage en grange sera nettement plus faible. La méthanisation réduit aussi les émissions de méthane liées à la gestion des effluents. Si la situation s’améliore, Pascal ne pourra pas vendre des crédits carbone : cette possibilité est réservée à ceux qui ont réalisé un premier bilan en 2020 après un appel d’offres. Mais là n’était pas la motivation de l’éleveur.

Pascale Le Cann

(1) Calcul automatisé des performances environnementales en élevage de ruminants.

Énergie. L’élevage a investi dans un méthaniseur et dans des panneaux photovoltaïques. © p. l. c.
Séchage en grange. La chaleur du méthaniseur remplace l’électricité pour sécher le foin. © p. l. C.
« La possibilité de vendre des crédits carbone est motivante »
 - « La possibilité de vendre des crédits carbone est motivante »
p.lecann

Installé dans les Alpes mancelles avec ses parents et son frère, Julien Duplaine s’est montré intéressé quand Sodiaal lui a proposé de réaliser un bilan Cap2R. « On parle de l’impact de l’élevage sur le réchauffement climatique. J’étais curieux de connaître le bilan carbone de mon exploitation. »

Il a reçu le document, élaboré par Seenovia, début avril. À cause du confinement, il n’a pas pu bénéficier des deux jours de formation prévus pour discuter des conclusions. Il dispose néanmoins d’une analyse de ses résultats.

L’efficience de l’azote (rapport entre les entrées et les sorties) est bonne, à 39 %. Pour les gaz à effet de serre, 17 % des émissions sont compensées par le stockage du carbone. Ces émissions proviennent d’abord des animaux, mais aussi de la gestion des effluents et de l’alimentation. Émissions et stockage atteignent des niveaux assez élevés, en lien avec une production par vache moyenne (6 500 l) et une présence importante de haies et de prairies naturelles. La consommation d’énergie dépasse les valeurs de référence. L’empreinte carbone s’élève donc à 0,91 kg éq. CO2/l lait corrigé, ce qui est proche de la moyenne.

Ne pas fragiliser le troupeau en poussant les vaches

Ces résultats ouvrent des pistes de progrès. Augmenter la production par vache permettrait de diluer les émissions de méthane par litre de lait. Mais cela suppose de revoir le système. « Nous avons surtout des holsteins, et quelques montbéliardes. On a prévu de monter à 50/50 car les montbéliardes sont moins sensibles à la maladie de Mortellaro et aux problèmes pulmonaires. Or, nous avons beaucoup de brouillard ici, en hiver. » Il ajoute que le troupeau fonctionne bien, et qu’il ne veut pas le fragiliser en poussant les vaches.

La deuxième voie d’amélioration vise à réduire les apports d’azote minéral sur les prairies. Les éleveurs réservent en effet les effluents aux cultures de vente et au maïs, pour apporter de la matière organique. Julien réfléchit à la possibilité d’apporter davantage d’azote organique sur les prairies.

Le troisième axe concerne l’énergie. Le raclage de la stabulation et l’entretien des haies consomment beaucoup de carburant. « Nous sommes dans le bocage normand, avec de nombreuses haies qui fixent du carbone. Leur entretien nous prend deux semaines par an et on vend le bois. On broie les petites branches pour faire des copeaux de paillage. Ça nous permet de diminuer les traitements. » Cet équilibre semble difficile à modifier.

Un racleur automatique et un prérefroidisseur en projet

En revanche, l’achat d’un racleur automatique permettrait de réduire la consommation. Il est envisagé à terme. Les éleveurs réfléchissent aussi à l’installation d’un prérefroidisseur dans la salle de traite. Sodiaal propose aux jeunes installés un forfait de 10 000 € dont une partie peut aider à ce type d’investissements. Julien souhaite approfondir ses réflexions durant la formation, après le confinement. Il espère qu’il pourra améliorer son bilan pour vendre des crédits carbone, via sa coopérative, une opportunité motivante.

« Sodiaal encourage les éleveurs à s’engager »

« 1 500 de nos adhérents ont entrepris des diagnostics carbone ces dernières années. En janvier 2020, 95 ont répondu à un appel à projet visant à labelliser la réduction de leur empreinte carbone.

En pratique, ils vont effectuer un premier diagnostic Cap2R cette année, et disposeront ainsi d’une connaissance de leur empreinte et d’un plan d’action pour la réduire. Un second diagnostic en 2025 permettra d’évaluer les progrès. Le carbone émis en moins ou stocké en plus constituera un crédit que les éleveurs pourront vendre sur le marché. Les crédits prévisionnels pourront être vendus à mi-parcours (2022) dans la limite de 30 à 50 %. Le solde sera éligible lors de la certification finale. Le prix de vente actuel se situe entre 5 et 10 €/t, mais les estimations tablent sur un tarif à 30 €/t d’ici à 2025.

Si Sodiaal incite ses adhérents à entrer dans ce processus de labellisation, ce n’est pas seulement pour qu’ils bénéficient de ce revenu supplémentaire. Nous pensons que les enjeux environnementaux sont prioritaires, et nous nous sommes engagés, avec la filière, à réduire nos émissions de 20 % d’ici à 2025. C’est pourquoi nous prenons en charge une partie du coût des diagnostics. Selon les régions, les éleveurs bénéficient déjà de quelques aides. Sodiaal intervient ensuite pour que le coût soit nul pour l’éleveur. Dès que d’autres appels à projet seront lancés, nous ferons en sorte que nos adhérents qui le souhaitent puissent s’engager. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER