S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« La holstein est la meilleure race laitière du monde »

réservé aux abonnés

 - -->
Frédéric Lepoint, responsable du programme génétique. © Gènes Diffusion
« La consanguinité progresse dans les troupeaux holsteins français. C’est une conséquence normale de la sélection. Et la génomique a accéléré le phénomène. Même si on est encore loin du niveau des États-Unis, tous ceux qui sont impliqués dans la génétique en ont conscience. On en parle dans nos réunions avec l’OS prim’holstein dans le cadre de la révision...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« La consanguinité progresse dans les troupeaux holsteins français. C’est une conséquence normale de la sélection. Et la génomique a accéléré le phénomène. Même si on est encore loin du niveau des États-Unis, tous ceux qui sont impliqués dans la génétique en ont conscience. On en parle dans nos réunions avec l’OS prim’holstein dans le cadre de la révision de l’Isu. Car l’une des options pour limiter la consanguinité réside dans le changement de la formule de l’Isu. Cela permettrait de modifier la hiérarchie et de mettre en avant des pedigrees différents. Mais l’effet ne serait que ponctuel, sur une génération. On peut aller plus loin en faisant entrer la consanguinité dans l’Isu. Et c’est probablement la solution qui sera retenue. Il s’agit de pénaliser les taureaux qui sont trop apparentés à la population femelle. L’effet serait intéressant pour la race, notamment à long terme. Ce serait plus problématique pour le commerce international. Les taureaux français se trouveraient décalés. Et puis, l’originalité génétique des nouveaux leaders ne durerait qu’un temps. Les sélectionneurs cherchent tous à être en haut du classement. Ils multiplient les meilleurs, qui ne peuvent donc pas longtemps rester originaux.

Le croisement apporte un moyen de casser la consanguinité. Mais c’est une solution radicale, à choisir quand il n’y en a pas d’autres. Et surtout, que fait-on pour la deuxième génération ? La holstein est une race pleine de ressources. On y trouve tous les gènes existant dans d’autres populations, car les effectifs sont énormes. Pour moi, c’est la meilleure race du monde. On propose des taureaux qui réduisent la taille, augmentent la largeur ou améliorent la fertilité ou la résistance aux mammites. Mais ils ne sont pas à 200 points d’Isu. À chacun de choisir compte tenu de son troupeau et de son système.

Les déçus sont souvent ceux qui sont allés un peu trop loin dans les extrêmes. C’est plus une question de choix de reproducteurs que de race. Nous n’avons pas d’offre spécifique de taureaux pour le croisement laitier, mais nous proposons différentes races dans notre catalogue. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER