S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La France et l’Espagne veulent des mesures fortes de Bruxelles

réservé aux abonnés

 -
La situation du secteur de la viande de chevreau préoccupe la France et l’Espagne. © P. Montigny

Les secteurs laitiers, de la viande d’agneaux, de chevreaux, ainsi que de l’horticulture et de certaines productions de fruits et légumes inquiètent particulièrement les ministres de l’Agriculture français et espagnol. Ils demandent que la crise soit gérée à l’échelle européenne.

Le confinement bouscule les modes de consommation des Français mais également des Espagnols. Un constat que les ministres de l’Agriculture des deux pays ont partagé le 25 mars 2020 et pour lequel ils demandent la mise en place de mesures exceptionnelles..
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le confinement bouscule les modes de consommation des Français mais également des Espagnols. Un constat que les ministres de l’Agriculture des deux pays ont partagé le 25 mars 2020 et pour lequel ils demandent la mise en place de mesures exceptionnelles..

Restauration hors domicile et fêtes religieuses

Des deux côtés des Pyrénées, la situation est « préoccupante pour les secteurs du lait et des produits laitiers, de la viande d’agneau et celle de chevreau, ainsi que de l’horticulture et de certaines productions de fruits et légumes, du fait de l’arrêt de la restauration hors domicile ainsi que de l’annulation des célébrations religieuses et festives ».

Adapter la Pac à la situation

La France et l’Espagne veulent que la gestion de cette crise soit coordonnée à l’échelle communautaire. Elles demandent à la Commission européenne de « déclencher des mesures, en utilisant les instruments à sa disposition dans le cadre de l’organisation commune des marchés » et une « adaptation de la politique agricole commune ».

La solidarité européenne est, selon les deux pays, indispensable, tout comme le bon fonctionnement du marché intérieur pour garantir l’approvisionnement alimentaire des Européens.

Pour un maintien du niveau du budget actuel de la Pac

Didier Guillaume et son homologue espagnol, Luis Planas, estiment que la situation actuelle exceptionnelle « met en évidence le caractère stratégique de la sécurité alimentaire en Europe et prouve, s’il en était besoin, que la Pac mérite un budget suffisant, maintenu par rapport à son niveau actuel ».

Bertille Quantinet
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER