S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Pérenniser et accentuer la hausse du prix du lait de chèvre

réservé aux abonnés

 -
Pour les membres du bureau de l’interprofession caprine (Anicap), la dynamique des États-généraux de l’alimentation doit absolument se poursuivre cette année. © Alexandra Courty/GFA

D’après les membres du bureau de l’interprofession caprine (Anicap), la filière a fait preuve de résilience face à la crise sanitaire. Le prix du lait a progressé, bien qu’en deçà des espérances. Tous s’accordent à dire que la crise économique ne doit pas briser cet élan, d’autant que le fromage de chèvre en libre-service connaît un véritable engouement.

En dépit des récentes perturbations de marchés, en lien avec la crise sanitaire, le prix du lait de chèvre a sensiblement augmenté cette année. En cumul sur la période de janvier à septembre, le prix réel est en progression de 3 % sur un an estime FranceAgriMer. En mars, il était en progression de 4 % par rapport à 2019. Le boom des fromages de chèvre en libre-service y a sa part.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

En dépit des récentes perturbations de marchés, en lien avec la crise sanitaire, le prix du lait de chèvre a sensiblement augmenté cette année. En cumul sur la période de janvier à septembre, le prix réel est en progression de 3 % sur un an estime FranceAgriMer. En mars, il était en progression de 4 % par rapport à 2019. Le boom des fromages de chèvre en libre-service y a sa part.

Pour autant, Davy Hecht, représentant du collège des industriels privés à l’Anicap, reste vigilant à l’approche des négociations commerciales annuelles. « Il va falloir transformer l’essai, estime-t-il à l’occasion du salon Capr’Inov le 25 novembre. Il faut être ambitieux, notamment pour compenser les volumes partis sur le marché spot ou transférés sur les marques de distributeur cette année. »

Si la crise du pouvoir d’achat à venir obscurcit quelque peu le tableau, le président de l’interprofession Jacky Salingardes n’a pas non plus l’intention de plier. « Cette année nous a montré que le fromage de chèvre est incontournable », souligne-t-il.

> À lire aussi : Négociations commerciales, Les éleveurs de chèvres veulent revaloriser le prix du lait (20/11/2020)

Collecte assurée

Quoi qu’il en soit, la donne aurait pu être bien différente cette année. « Avec la survenue de la crise du Covid, les industriels laitiers ont dû faire face à des taux d’absentéisme allant jusqu’à 20 % en plein pic de production », rappelle Mickaël Lamy, représentant du collège des coopératives à l’Anicap.

Plus de peur que de mal, finalement. Au-delà du prix, nombre d’éleveurs craignaient de voir le ballet des camions de collecte s’interrompre. Mais en théorie, « aucun éleveur livreur n’a été mis sur le carreau, rassure Jacky Salingardes, président de l’Anicap. Certains fermiers ont même été dépannés par des collecteurs de proximité. »

Pour Davy Hecht, cela a été possible grâce à « la réactivité et à l’entraide dont ont fait preuve les laiteries, concernant la gestion des flux de lait et l’adaptation aux nouveaux débouchés. » L’appel à la modération de la collecte, entendu par les éleveurs, a également pesé dans la balance.

> À lire aussi : Filière caprine, « La demande de modération de la collecte laitière est levée » (17/04/2020)

Aborder sereinement 2021

Finalement, les acteurs sont relativement sereins pour l’année prochaine « Les niveaux d’importation ont été maîtrisés, et les stocks ne sont finalement pas si inquiétants », relève Mickaël Lamy.

Ce à quoi le président de l’interprofession ajoute que « la récente restructuration des filières caprines hollandaises et espagnoles protège davantage le marché des fluctuations durables et prononcées des prix et volumes ».

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER