S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le loup n’est plus une espèce protégée aux États-Unis

réservé aux abonnés

 -
Les populations de loups seront désormais contrôlées localement, par chaque État fédéré. © Pixabay

Le service de protection de la faune et de la flore américain, Fish and Wildlife Service, a annoncé le 29 octobre 2020 avoir retiré le loup commun de la liste des espèces protégées. Cette mesure prendra effet 60 jours après sa publication au registre fédéral.

« Selon les meilleures données scientifiques et commerciales, les populations de loups communs, ou loups gris (Canis lupus) des 48 États du continent américain [hors Alaska et Hawaï] ne rentrent plus dans les critères d’espèce en danger », a déclaré le Fish and Wildlife Service, service de protection de la faune sauvage américain, le 29 octobre 2020. Ce dernier a précisé que le loup mexicain...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
26%

Vous avez parcouru 26% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Selon les meilleures données scientifiques et commerciales, les populations de loups communs, ou loups gris (Canis lupus) des 48 États du continent américain [hors Alaska et Hawaï] ne rentrent plus dans les critères d’espèce en danger », a déclaré le Fish and Wildlife Service, service de protection de la faune sauvage américain, le 29 octobre 2020. Ce dernier a précisé que le loup mexicain (Canis lupus baileyi) n’était pas concerné par cette nouvelle mesure.

Chaque état désormais responsable de sa protection

« Après plus de 45 ans reconnu comme espèce protégée, le loup commun a brillamment atteint les objectifs de conservation et de rétablissement des populations », s’est félicité David Longly Bernhardt, ministre fédéral à l’Intérieur. Le territoire continental américain compte aujourd’hui plus de 6 000 individus, a précisé le Fish and Wildlife Service.

Il appartient désormais à chacun des 48 États continentaux de gérer la protection des populations. Le Fish and Wildlife Service continuera de surveiller l’espèce pendant cinq ans pour assurer « son succès continu », a expliqué le ministre fédéral à l’Intérieur.

Un soulagement pour les éleveurs

L’annonce a été accueillie avec soulagement dans de nombreux États. « Des éleveurs […] ont perdu une partie de leur cheptel à cause des populations grandissantes de loups, et par manque de moyens de défense, a commenté Doug LaMalfa, élu à la Chambre des représentants des États-Unis. Les populations de loups communs ont dépassé leur seuil de rétablissement il y a des années. Trois administrations ont tenté de le faire retirer de la liste des espèces protégées […] et c’est maintenant chose faite. »

L’élu a par ailleurs rajouté que la gestion des populations de loups par chaque État fédéré permettrait de sauver des animaux d’élevage et de soulager les familles concernées par cette menace. « C’est une grande victoire pour l’Ouest », conclut-il.

Raphaëlle Borget
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER