S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

réservé aux abonnés

L’expert : « Des clés : chasse au gaspillage, pâturage et meilleur stockage »

L’achat de fourrage entraîne une augmentation du coût alimentaire de 30 à 40 %, en considérant l’impact sur les concentrés pour équilibrer la ration à 30 kg de lait. Le moins onéreux, lorsque c’est possible, est d’acheter du maïs ensilage à un voisin, afin de ne pas changer la complémentation (une analyse précise de l’ensilage sera nécessaire). Les rations avec de la paille...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’achat de fourrage entraîne une augmentation du coût alimentaire de 30 à 40 %, en considérant l’impact sur les concentrés pour équilibrer la ration à 30 kg de lait. Le moins onéreux, lorsque c’est possible, est d’acheter du maïs ensilage à un voisin, afin de ne pas changer la complémentation (une analyse précise de l’ensilage sera nécessaire). Les rations avec de la paille ou du foin en substitution entraînent une plus forte dépendance aux concentrés. Elles manquent d’énergie et il est indispensable d’ajouter, par exemple, du maïs grain, ce qui a un impact défavorable sur les coûts fourrager et de concentrés.

L’utilisation de co-produits permet de remplacer une partie des fourrages grossiers. Leur incorporation entraîne une augmentation du coût alimentaire allant jusqu’à 47 % dans ce contexte breton du Gaec d’Acourt. Ailleurs (Hauts-de-France, par exemple), l’intérêt économique des pulpes de betterave a déjà été démontré. Les substituts de fourrage (mash du commerce) sont chers, avec un fort impact sur le coût de concentrés.

Vigilance sur l’état d’engraissement des génisses et taries. La paille avec des céréales peut combler à moindre coût un manque de fourrage de qualité. Il faut tout de même être vigilant sur l‘état d’engraissement et, au besoin, enrichir la ration car les problèmes de santé au vêlage ou en reprise de lactation ont un impact économique plus important que le gain réalisée sur l’alimentation.

Réajuster les stratégies de rationnement.

Si le bilan indique que les fourrages manqueront, il faut envisager une modification des rations. Avant d’acheter, vérifiez les quantités­ disponibles par type de fourrage, et réservez ceux de qualité aux vaches en production : les autres bovins s’adaptent plus facilement à des rations de secours. C‘est aussi l’occasion de faire la chasse au gaspillage­ – en mettant l’accent sur la conservation dans les silos pour réduire les pertes –, et de veiller à l’équilibre des rations et des périodes de distribution pour optimiser la gestion des refus à l’auge. Si le contexte le permet, il faudra aller chercher de l’herbe pâturée dès que possible afin d’économiser les stocks. Cela se fait parfois au détriment de la performance animale, mais c’est l’occasion d’optimiser ses pratiques (gestion technique de l’herbe). Il est aussi préconisé d’ajuster les rations dans le temps afin d’éviter des ruptures brusques, et de diminuer la quantité d’un fourrage dans la ration pour le conserver plus longtemps. La dernière solution consiste à semer au printemps des variétés plus précoces de maïs afin de récolter plus tôt, en dépannage. Dans tous les cas, la surface en maïs de la campagne suivante du Gaec devra être plus importante qu’à l’accoutumée, afin de reconstituer des stocks.

Hypothèse 3 : achat d’un substitut de fourrage en granulés
Type de ration (fourrages en % pour ajuster l’ingestion aux quantités de concentrés)CaractéristiquesCoût fourrager (€/1000l)Coût concentré (€/1000l)Coût alimentaire (€/1000l)Différence hypothèse/témoin

(%)

Témoin : 80 % ME + 20 % EH + 3,6 kg soja15 kgMS EM + 3 kgMS ensilage herbe345993
52 % ME + 16 % EH + 32 % substitut fourrage granulés + 2 kg soja6 kg bruts de substitut de fourrage à 270 €/t2689116+ 24 %
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER