S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

PRIM'HOLSTEIN : UNE SORTIE RICHE, À LIRE DE PRÈS

 -

Beaucoup de nouveautés et des origines variées, mais l'arrivée des index génomiques et la mise en service de taureaux non FGE incitent à la vigilance pour apprécier les index.

CETTE SORTIE D'INDEX EST MARQUÉE PAR LE CHANGEMENT puisque, pour la première fois, la publication peut intervenir pour des taureaux sans descendance. Ces index obtenus par génotypage donnent une certaine connaissance du potentiel génétique des taureaux dès leur naissance. Ils sont désormais publiés par l'Institut de l'élevage à la demande des unités de sélection. Seuls ceux qui sont mis en service sont connus. Ceci...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
9%

Vous avez parcouru 9% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

CETTE SORTIE D'INDEX EST MARQUÉE PAR LE CHANGEMENT puisque, pour la première fois, la publication peut intervenir pour des taureaux sans descendance. Ces index obtenus par génotypage donnent une certaine connaissance du potentiel génétique des taureaux dès leur naissance. Ils sont désormais publiés par l'Institut de l'élevage à la demande des unités de sélection. Seuls ceux qui sont mis en service sont connus. Ceci concerne 169 taureaux dont les Isu vont de 108 à 176 points. Les stratégies de commercialisation sont très variables d'une entreprise à l'autre (voir page 36).

Par rapport à l'indexation précédente, ces index génomiques ont subi de grosses variations, le plus souvent à la baisse. Certains ont perdu plus de 20 points d'Isu. On savait que la précision relativement faible de ces index induisait ce risque. Mais de telles variations ne se produiront pas à chaque fois. En juillet, de nouveaux QTL ont été utilisés pour prédire la valeur des taureaux. En outre, la base de données de référence a été enrichie.

Ceci explique en partie les écarts observés.

Les index traditionnels, dits polygéniques, restent calculés comme auparavant. Et cette sortie est riche. Les trente premiers dépassent 155 points d'Isu. Plus de la moitié sont sortis depuis moins d'un an. Parmi les pères à taureaux, O-Man s'impose, en France comme à l'étranger. Si la domination de ses fils semble écrasante dans le haut du classement, c'est parce que son rendement est exceptionnel. Tous ses fils parviennent au moins à 130 points d'Isu.

On retiendra surtout Via Thélo (Créavia, 188 d'Isu) et Vaucluse (Gènes Diffusion, 181 d'Isu), deux taureaux qui tombent à pic pour redonner de la fonctionnalité. La sortie des fils d'O-Man ne fait que commencer et il y a fort à parier que de nouveaux cracks vont arriver. Inutile de se précipiter sur ceux dont l'intérêt n'est que moyen. Mais les catalogues recèlent d'autres trouvailles. On peut citer le meilleur fils de Titanic chez Créavia, avec Voes Tita (156 d'Isu), un taureau à morphologie. L'unité de l'Ouest mise aussi sur Voltron (156), actuellement le meilleur fils de Dawson, un taureau équilibré mais un peu faible dans les membres. Quant à Usonet Fin, poussé sur la deuxième marche du podium par Via Thélo, il a gagné 3 points d'Isu en un an pour monter à 183. Il bénéficie de son originalité génétique et conserve ses atouts dans le format et la production. Il faut protéger la mamelle dans les accouplements. Créavia propose aussi un crack de la morphologie avec Umanoir (Négundo, 140 d'Isu). Et sans doute le meilleur fils de Champion, Ulier Cham. Sorti l'an dernier, il n'avait pas été mis au catalogue, Créavia souhaitant que ses index, obtenus avec trente-sept filles pour la morphologie, se confirment. C'est chose faite. Son Isu a gagné 5 points à 151.

DE JEUNES TAUREAUX ENCORE PEU FIABLES

Pour Gènes Diffusion, Vaucluse occupe la pole position. Mais avec Thoiry (Jesther, 163 d'Isu), l'unité du Nord obtient aussi un joli succès. Proposé en avril alors qu'il n'atteignait pas le seuil FGE, il a confirmé depuis. Gènes Diffusion offre aussi deux fils de Négundo, Ustea (144 d'Isu) et Uivry (142). Deux taureaux à morphologie, mais le premier sera difficile à utiliser du fait d'une traite lente (- 2,1). À leurs côtés, deux fils de Champion, Upsault (142) et Ulpius (149). Tous deux sont des laitiers intéressants pour les fonctionnels, mais le second reste en dessous du seuil FGE.

On trouve plusieurs nouveautés aussi dans le catalogue d'Amélis. Des fils de Garter, tels Urbiel (163) ou Umbro (158), des pleins frères au potentiel laitier élevé. Il y a aussi Vernard (Négundo, 158) qui n'atteint pas encore le seuil FGE. Ou encore le meilleur fils de Lancelot, Vimard (155), un autre laitier. Enfin, avec Veritot (151), un fils de Raul, Amélis offre de la diversité dans les origines. Mais globalement, Amélis devra conforter ses résultats en octobre, puisque plusieurs taureaux sont proposés sans atteindre le seuil FGE.

Chez Dynamis, les meilleures nouveautés sont des taureaux à index génomiques. Cependant, la confirmation de Tinny (Ford, 155) est une bonne nouvelle. On trouve aussi deux fils de Lancelot dans ce catalogue. Veryhigh (145) sera le plus facile à utiliser grâce à sa bonne morphologie. Vanlot (151) a hérité des défauts du père dans les membres.

C'est l'heure de vérité pour la série des R, qui voient leurs filles de service arriver. Une épreuve qui se passe plutôt bien chez Créavia.

Les fils de Jocko Besne les plus réputés, Roseo Joc, Ronly et Radical confirment sans problème. Ruskenn tient à 160 Isu alors qu'il compte maintenant près de 900 filles. Rouki est toujours à 145 points avec 3 400 filles. Même chose pour Restell (143 d'Isu, 2 500 filles). En revanche, Rambour Ad perd 21 points d'Isu et Rieux Conv est tombé à 127.

Chez Gènes Diffusion, Royaume (117), Rethondes (121) et Piman (137) s'effondrent. Rotheneuf (149), qui avait d'abord fléchi, semble se reprendre. Mais la facilité de vêlage est tombée à 83. On attend avec impatience la prise en compte des filles de service de Roumare (171), prévue pour fin 2009 ou début 2010. Gènes Diffusion ne s'inquiète pas, plus de 200 filles ont été génotypées et elles sortent très bien.

Chez Amélis, Rexondi tient bon également (161, + 7, 6 700 filles). Revivien (173) devrait lui aussi voir ses filles de service arriver bientôt.

PASCALE LE CANN ET NICOLAS LOUIS, AVEC LA COLLABORATION DE RÉMY VERMES (PRIM'HOLSTEIN FRANCE)
Le meilleur : O-Man, pour le moment
Vaucluse a hérité des meilleurs atouts qui font de son père un très grand géniteur : des taux, de la largeur et une bonne résistance aux mammites. Il est numéro trois du classement avec 181 points d'Isu.

Des évolutions à venir

INDEXATION

La génomique est une science toute neuve appelée à évoluer. Actuellement, quinze caractères sont évalués, ce qui est insuffisant, notamment en morphologie. Dix autres critères devraient être pris en compte dès le début de 2010. De plus, pour améliorer la fiabilité de ces index, il est indispensable de travailler avec une base de données de référence. Plus elle est de grande taille avec des origines variées, plus on augmente la précision des résultats. Les États- Unis et le Canada ont réuni leurs données pour constituer une base commune. La France et ses voisins sont en train de réaliser la même chose. Cette nouvelle base de données européenne devrait être opérationnelle en début d'année prochaine. Tout ceci permettra progressivement d'améliorer la fiabilité des index génomiques. Une autre nouveauté va intervenir dans l'indexation (pour toutes les races laitières), plus particulièrement dans la prise en compte de la persistance de lactation. La forme de la courbe, dont dépendent notamment les performances de reproduction, sera indexée de manière plus précise et moins à partir d'extrapolations. On gagnera donc en précision sur ce poste dès 2010.

La confirmation
Tinny (Ford) a vu ses nouvelles filles conforter ses index publiés il y a un an, alors qu'il n'atteignait pas le seuil FGE. C'est un taureau complet dont on regrette le - 0,4 en fertilité.

Un service en ligne

ACCOUPLEMENTS

Les adhérents à Prim'holstein France ont désormais accès à un logiciel de gestion des accouplements en ligne. Ce service est plus complet que la version papier réalisée auparavant une fois par an. Les données sont actualisées à chaque sortie d'index.

De plus, l'éleveur peut facilement modifier les objectifs de sélection. Par exemple, il peut rechercher des propositions de mâles améliorateurs en fonctionnels sur ses génisses. Ou décider de sélectionner un profil particulier de taureau pour ses femelles pointées TB. L'éleveur peut également choisir l'origine des taureaux, ceux de son centre, auxquels il ajoute les Américains, par exemple. Ou seulement ceux qu'il a en stock dans sa bonbonne… Les choix sont multiples et le calcul final des index sur ascendance du produit permet de tester plusieurs formules.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER