S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier. Sécuriser les stocks face aux aléas climatiques

réservé aux abonnés

 - -->

L’adaptation au changement climatique implique de faire évoluer les stratégies fourragères vers davantage de rusticité. Parmi les pistes, celle d’augmenter la diversité, en combinant des espèces aux cycles différents.

Les records de température de 2019 ont fortement pénalisé le potentiel de production fourragère. Au regard du déficit de précipitations observé ce printemps, la campagne à venir s’annonce encore difficile dans de nombreux secteurs. Or, l’achat de fourrages et de concentrés pour compenser et maintenir la production est une option non seulement aléatoire mais aussi très coûteuse, comme le confirment des simulations...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les records de température de 2019 ont fortement pénalisé le potentiel de production fourragère. Au regard du déficit de précipitations observé ce printemps, la campagne à venir s’annonce encore difficile dans de nombreux secteurs. Or, l’achat de fourrages et de concentrés pour compenser et maintenir la production est une option non seulement aléatoire mais aussi très coûteuse, comme le confirment des simulations réalisées par les chambres d’agriculture.

Sur le terrain, éleveurs et conseillers élaborent des pistes d’adaptation pour sécuriser les systèmes d’élevage avec des fourrages plus résistants et de bonnes valeurs, à l’image de prairies multi-espèces riches en légumineuses qui ont fait leurs preuves.

Une logique de diversification des ressources

Ces pratiques sont déjà mises en œuvre concrètement et s’inscrivent dans une logique de diversification. « Un système d’élevage qui mise sur une seule ressource est forcément moins résilient », rappelle Didier Deleau, ingénieur fourrage Arvalis en Lorraine, une région très touchée par les épisodes de sécheresse. Aussi, un groupe d’éleveurs meusiens s’est lancé dans la culture de la betterave fourragère qui leur assure une forte production d’UFL/ha. En Côte-d’Or, où le maïs est une culture sinistrée depuis deux ans, avec des rendements qui justifient parfois difficilement son coût d’implantation, d’autres se tournent vers la double culture : ensilage d’herbe suivi d’un sorgho monocoupe ensilé. Dans ce contexte, la sélection variétale propose aussi des solutions pour produire du fourrage à des périodes où l’eau n’est pas limitante.

Jérôme Pezon
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER