S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

ÉLIXIR : MOINS DE LAIT PLUS DE CONFORMATION

 -
Ucany, un fils de Monkey, occupe la troisième place Isu avec 146 points. Il est le plus laitier des petits-fils d'Élixir.

Les fils d'Élixir étaient arrivés en force en 2002 et 2003. En 2009, seuls cinq petits-fils ont réussi à percer. Les qualités morphologiques de cette souche sont au rendez-vous.

LORS DE LA CONSTITUTION DE LA SÉRIE DE TESTAGE, IL Y A CINQ ANS, le schéma de sélection avait mis l'accent sur les origines Élixir. Ses fils, aux profils très variés sont arrivés en force en 2002 et 2003 et ont retenu toute l'attention des Normands. Il était difficile d'être insensible à un Madison très laitier, à un Monkey qui alliait, à l'époque, lait, format et musculature, ou à un Madagascar...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
10%

Vous avez parcouru 10% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

LORS DE LA CONSTITUTION DE LA SÉRIE DE TESTAGE, IL Y A CINQ ANS, le schéma de sélection avait mis l'accent sur les origines Élixir. Ses fils, aux profils très variés sont arrivés en force en 2002 et 2003 et ont retenu toute l'attention des Normands. Il était difficile d'être insensible à un Madison très laitier, à un Monkey qui alliait, à l'époque, lait, format et musculature, ou à un Madagascar tirant sa force de son squelette et de sa valeur bouchère. Pour l'heure, ils n'ont pas transformé l'essai. Seulement cinq fils issus de la sélection par descendance sont mis en service. La plus grande déception vient de Madison qui compte actuellement seize fils indexés sur vingt-neuf dans cette série. Avec 131 points, Uvigny a décroché la meilleure note Isu et c'est le seul à avoir réussi l'examen de l'agrément. Il enregistre un index lait de 423 kg, bien loin des 1 413 kg de son père. Son grand-père maternel, Idris, a sans doute eu trop d'influence. En revanche, il a transmis plusieurs de ses qualités majeures : un plancher de mamelle haut (0,9), de très bons aplombs (1,9) et des index cellules, longévité et fertilité avantageux (entre 0,9 et 1,3).

UN MONKEY DANS LE TOP 5

Monkey a obtenu un meilleur résultat au classement Isu. Si, comme Madison, un seul de ses fils est diffusé, ce dernier s'est hissé parmi les meilleurs de la race : Ucany, occupe la troisième marche du podium (146 d'Isu). Parmi les treize Monkey indexés, le petit-fils d'Hollydays a obtenu le meilleur index lait (821 kg), couplé à un TP positif (0,6 g/ kg). Son principal défaut est de dégrader le squelette, ce qu'il compense par un profil fonctionnel via les aplombs, la résistance aux mammites, une attache avant de la mamelle longue et des quartiers arrière hauts. « Il améliore légèremen la musculature, ce qui est inhabituel pour un taureau laitier. », souligne Matthieu Chambrial, de Génétique normande avenir (GNA). Dommage que ses origines soient classiques. Il compte Valabri, Arménia et Paramètre comme ancêtres. C'est en fait Madagascar qui a le mieux tiré son épingle du jeu. Parmi ses cinq fils indexés (sur dix testés), deux sont en catalogue, même s'ils n'occupent pas le haut du panier. Comme son père, Ultimus est très musclé (2,3) avec un niveau laitier moyen (488 kg) mais un TP alléchant (1,1). Malheureusement, il n'a pas hérité de la capacité de Madagascar d'améliorer les mamelles (- 0,4). En fait, il n'a pas échappé à l'emprise de son grand-père maternel, En toi. Cela se traduit par un écart avant des trayons étroits (- 1) et un plancher bas (- 0,7). Ses origines sans Diamètre, son index cellules (0,9) et son gabarit développé ont fait pencher la balance en sa faveur.

Son demi-frère, Unitaz, offre un profil morphologique plus complet. Il a su valoriser les atouts bouchers (2,5), mammaires (0,4) et de squelette (1,3) de son père, des aplombs et de l'attache arrière haute de son grand-père maternel, Idris. En revanche, Unitaz n'a pas profité de l'autre point fort d'Idris : ses index fonctionnels. « Cela oblige à l'utiliser avec parcimonie dans les élevages. De même, la présence de Valabri dans son pedigree limitera son utilisation, même si ce dernier est relégué au poste d'arrière-grand-père. » Le niveau laitier moyen de Madagascar et Idris a logiquement fourni un Unitaz à 445 kg de lait.

UN MYOSOTIS À ASCENDANCE ORIGINALE

Le dernier petit-fils polygénique d'Élixir mis en service est UTC, un Myosotis sur Jaujac. Malgré son Isu à 126 points et son index lait à 488 kg, il a été difficile de résister à son doublet aplombs-mamelle. Les premiers sont notés à 1,9, la seconde à 1,1. Hormis le plancher dans la moyenne, UTC améliore très nettement la mamelle, une qualité qu'il doit à sa mère et à sa grand-mère maternelle. Ses filles se traient aussi plus rapidement et ont une longue carrière laitière. En revanche, il ne faut pas compter sur lui pour réduire les taux cellulaires. « Son grand-père maternel Jaujac lui donne un avantage, ajoute Matthieu Chambrial. Ce fils d'Armenia n'a que 141 filles. » Il a été retenu père à taureaux, tout comme Ucany.

MANIZALÈS : DES TAUREAUX GÉNOMIQUES

Comme Myosotis, Manizalès a vu cinq de ses fils testés. Vingt-trois autres sont attendus l'an prochain. Un seul bénéficie d'une indexation complète déficiente en lait. La sélection par voie génomique lui annonce quatre fils bien placés. L'un, Unnoël, en attente, dispose déjà de ses informations morphologiques polygéniques. À l'image de son père, ce petit-fils de Lobby assure une mamelle de qualité (1), un gabarit développé (1) et une résistance aux mammites (2,3). Ses résultats laitiers génomiques complètent ce portrait flatteur : 703 kg de lait, mais un TP négatif (- 1,5), tout comme Manizalès d'ailleurs. Les trois autres jeunes génomiques qui, eux, seront diffusés ont un niveau laitier équivalent. Virbac (145 d'ISS) semble échapper au TP négatif (0,1). Sa conformation est un cran en dessous d'Unnoël. Vidocq (146 d'ISS) suit cette tendance. Visuel (140 d'ISS) promet des animaux grands et développés.

Le seul Madison mis en service, Uvigny, n'atteint pas le niveau laitier de son père. Son index lait est de 423 kg contre 1 413 kg pour Madison.
LES CONSEILS D'ACCOUPLEMENT

GNA

- MADISON

Uvigny : à éviter sur génisses. Privilégier les supports laitiers dotés d'une bonne mamelle, tels que les filles de Léogran, Livarot, Ninas ou Niratum.

- MONKEY

Ucany : privilégier les génisses et les vaches au gabarit développée, telles que les filles d'Orgères, d'Oberkampf ou de Nivéa.

- MADAGASCAR

Ultimus : il est conseillé sur les profils laitiers avec une bonne mamelle, par exemple les filles d'Orpailleur, d'Ovoleur ou de Rafiot.

Unitaz : à éviter sur génisses et sur les origines déficientes en cellules, longévité et fertilité. Privilégier les vaches à potentiel laitier élevé qui manquent de morphologie telles que les filles de Ninas. Possible aussi sur les filles de Mendoza et Landigou.

- MYOSOTIS

UTC : à utiliser sur génisses. Il consolide les souches Idris, Ninas, Pulco, Redondo, Rouky et Rubafix.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER