S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Délég’Génisse. Le mode d’emploi chez Seenovia

réservé aux abonnés

Le contrat qui lie l’EARL Saint-Joseph à Délég’Génisse de Seenovia prévoit que les jeunes génisses quittent l’exploitation entre 15 jours et 3 semaines. Elles sont vendues à un éleveur agréé qui vient les chercher dans l’exploitation. Elles seront rachetées gestantes entre 7 et 8 mois par l’EARL, qui devra s’organiser pour les rapatrier. Le prix de vente et le prix de rachat sont fixé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
38%

Vous avez parcouru 38% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le contrat qui lie l’EARL Saint-Joseph à Délég’Génisse de Seenovia prévoit que les jeunes génisses quittent l’exploitation entre 15 jours et 3 semaines. Elles sont vendues à un éleveur agréé qui vient les chercher dans l’exploitation. Elles seront rachetées gestantes entre 7 et 8 mois par l’EARL, qui devra s’organiser pour les rapatrier. Le prix de vente et le prix de rachat sont fixés chaque année par une commission en fonction de la conjoncture (prix du lait et coûts de production). Cette année, c’étaient 200 € pour la vente et 1 500 € pour le rachat. Les génisses d’un même troupeau peuvent se retrouver dans des élevages différents, car Délég’Génisse privilégie la constitution de lots homogènes. L’éleveur garantit au moins une saison de pâturage et quatre pesées annuelles. Le naisseur peut suivre, sur un site internet dédié, l’évolution de sa génisse : croissance, traitements, vaccinations, IA, etc. Ce site lui sert aussi à annoncer les futures mises en délégation. Pour minimiser le risque sanitaire, tout élevage candidat à la délégation reçoit une visite du GDS qui valide son statut sanitaire. Il doit notamment être indemne de BVD. Ensuite, l’éleveur des génisses s’engage à suivre un protocole de vermifugation et de vaccination. Les cas de mortalité, très rares, sont à sa charge.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER