S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un marché des ingrédients équilibré, mais des incertitudes sur la fin de l’année

réservé aux abonnés

 -

Produits industriels. La demande intérieure et en provenance des pays tiers est bonne et la hausse de la production modérée. Mais quelle sera la consommation au troisième trimestre ?

L’offre laitière progresse dans l’UE mais elle reste relativement maintenue : + 1,1 % au premier trimestre, toujours tirée par l’Irlande et la Pologne. En France, la progression à fin juin n’était que de + 0,7 %, et + 1 % en Allemagne. Et les fortes chaleurs de l’été pourraient avoir ralenti la production. Après un gros trou d’air au 1er trimestre (crise du Covid-19 en Asie), les exportations...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’offre laitière progresse dans l’UE mais elle reste relativement maintenue : + 1,1 % au premier trimestre, toujours tirée par l’Irlande et la Pologne. En France, la progression à fin juin n’était que de + 0,7 %, et + 1 % en Allemagne. Et les fortes chaleurs de l’été pourraient avoir ralenti la production. Après un gros trou d’air au 1er trimestre (crise du Covid-19 en Asie), les exportations de l’Europe vers les pays tiers ont repris à un rythme soutenu : + 59 % en beurre de janvier à juin, + 10 % en fromage, même la poudre grasse, généralement chasse gardée des Néo-Zélandais, s’exporte mieux : + 15 %. La baisse observée sur la poudre maigre (- 16 %) n’est pas significative car en 2019, l’UE écoulait encore ses stocks d’intervention : l’Asie, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sont toujours­ de très bons clients. La cotation du beurre est restée d’une grande stabilité et à un bon niveau ces dernières semaines. Celle de la poudre maigre a légèrement fléchi cet été puis a rebondi dernièrement après un appel d’offres de l’Algérie. Le marché des ingrédients est globalement sain, mais l’avenir toujours incertain. Quelle sera la demande de produits laitiers­ sur la fin de l’année ? La pandémie­ sera-t-elle toujours maîtrisée ? Selon l’optimisme de chacun, on peut prédire pour le dernier trimestre une tendance baissière ou, au contraire, un retour de la hausse des cotations.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER