S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Malgré une hausse de l’offre laitière, les cotations restent très stables

 - -->

Produits industriels. Les exportations européennes sont toujours fermes, même si la compétitivité de l’UE est entamée par une parité euro/dollar défavorable.

Les cotations de la poudre de lait et du beurre connaissent une remarquable stabilité. Cependant, l’offre en lait a progressé cet été dans tous les bassins de production : + 1,5 % aux USA en juillet, + 2,1 % en Europe, + 4,4 % en Nouvelle-Zélande. Cette dynamique de la production n’a pas affecté les cours car la demande internationale est présente. La Chine achète toujours beaucoup de produits laitiers...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les cotations de la poudre de lait et du beurre connaissent une remarquable stabilité. Cependant, l’offre en lait a progressé cet été dans tous les bassins de production : + 1,5 % aux USA en juillet, + 2,1 % en Europe, + 4,4 % en Nouvelle-Zélande. Cette dynamique de la production n’a pas affecté les cours car la demande internationale est présente. La Chine achète toujours beaucoup de produits laitiers, à tel point que certains observateurs s’interrogent sur une possible stratégie de stockage qui pourrait être inquiétante pour la suite. Malgré quelques soubresauts, la poudre de lait 0 % s’est maintenue aux alentours des 2100 €/t, son niveau de l’an dernier. Avec une parité euro/dollar défavorable, la poudre européenne est concurrencée par les offres venant des USA, même si le marché a besoin de l’UE pour s’approvisionner. D’ailleurs, les stocks restent faibles en Europe. Pour un avenir meilleur, il faudra parier sur un maintien de la demande mondiale et sur une production néo-zélandaise contenue. Le beurre bénéficie d’une demande européenne ferme. Sa cotation longtemps restée stable pourrait connaître une hausse pour revenir à son niveau de l’an dernier. Dans l’incertitude économique et sanitaire actuelle, les opérateurs évitent de prendre des positions sur le long terme. Cela explique aussi la stabilité des cours.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER