S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’envolée des cours mondiaux des produits laitiers est de bon augure

réservé aux abonnés

 - -->

Produits industriels. Tirées par une demande forte, notamment dans tous les pays d’Asie, et face à une production laitière assez maîtrisée, les tensions sur les marchés s’accentuent.

Depuis le début de l’année 2021, nous observons une tension importante sur le marché mondial des produits laitiers. Elle est symbolisée par les enchères de Fonterra qui ont bondi sur les quatre premières semaines. La hausse est particulièrement marquée sur la matière grasse : butter-oil et beurre. L’Asie, et notamment la Chine, mais aussi la Russie achètent beaucoup et l’offre apparaît maintenant plus...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
38%

Vous avez parcouru 38% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Depuis le début de l’année 2021, nous observons une tension importante sur le marché mondial des produits laitiers. Elle est symbolisée par les enchères de Fonterra qui ont bondi sur les quatre premières semaines. La hausse est particulièrement marquée sur la matière grasse : butter-oil et beurre. L’Asie, et notamment la Chine, mais aussi la Russie achètent beaucoup et l’offre apparaît maintenant plus limitée. La collecte euro­péenne s’est ralentie fin 2020 sous l’effet d’un repli en France mais aussi en Allemagne. La Nouvelle-Zélande a aussi connu un ralentissement de sa production au moment du pic saisonnier (- 2,5 % en novembre) du fait de fortes pluies. Les opérateurs, qui s’étaient couverts au minimum sur le premier trimestre, reviennent aux achats et alimentent cette tension. La poudre maigre connaît le même scénario mais un peu atténué. Avec une demande en produits laitiers intra-européenne qui, elle aussi, reste dynamique (les ventes de lait de consommation ont même bondi), les marchés apparaissent donc très robustes. D’ailleurs, les cotations allemandes et néerlandaises enregistrent déjà des hausses. Elles devraient se poursuivre au moins jusqu’au pic de production saisonnier européen, et même au-delà si la résilience des marchés laitiers dans cette crise sanitaire et économique perdure.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER