S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le marché est stable, avec un léger frémissement sur la poudre 0 %

 - -->

Produits industriels. Nous sommes encore dans le creux de la collecte européenne, et la demande mondiale est toujours bien orientée et tirée par la Chine. Jusqu’ici, tout va bien.

Nous constatons peu d’évolution sur les marchés laitiers cet automne. Certes, la collecte européenne reste dynamique : + 1,4 % sur huit mois. L’Irlande, la Pologne et l’Italie affichent toujours une production en croissance quand la France, l’Allemagne et les Pays-Bas ont ralenti. Et l’Europe est encore dans le creux de sa collecte. La bonne nouvelle vient surtout de la demande, qui ne faiblit pas. Le secteur laitier...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Nous constatons peu d’évolution sur les marchés laitiers cet automne. Certes, la collecte européenne reste dynamique : + 1,4 % sur huit mois. L’Irlande, la Pologne et l’Italie affichent toujours une production en croissance quand la France, l’Allemagne et les Pays-Bas ont ralenti. Et l’Europe est encore dans le creux de sa collecte. La bonne nouvelle vient surtout de la demande, qui ne faiblit pas. Le secteur laitier montre une belle résilience dans cette crise économique. Dans le monde entier, les consommateurs continuent, pour l’instant, d’acheter des produits laitiers. La confirmation du rebond de l’économie chinoise (+ 4,9 % de croissance pendant les trois mois d’été), accompagnée d’une hausse de la consommation des ménages, pourrait tirer l’économie laitière mondiale. Les cotations Atla du beurre et de la poudre ont connu quelques soubresauts ces dernières semaines, mais sans afficher une tendance nette à la baisse ni à la hausse. Malgré une parité euro-dollar défavorable, la poudre européenne reste demandée. L’analyse est plus compliquée pour le beurre, dont la cotation ne bénéficie pas de l’envolée observée sur la crème. Les inquiétudes sur l’avenir induisent une faible demande sur le long terme. Le couvre-feu pourrait aussi perturber ce marché du beurre si la perte attendue sur la RHD (- 10 à - 20 %) n’est pas compensée par davantage d’achats des ménages en GMS.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER