S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dans un scénario optimiste, on peut espérer être arrivés à un plancher

Produits industriels. La chute des exportations a précipité les cours. Mais le pic de collecte passé et, dans l’hypothèse d’un déconfinement maîtrisé, les prix pourraient remonter.

Les cours des ingrédients laitiers ont subi une baisse dramatique depuis deux mois. Les fabrications ont augmenté chez les transformateurs et les exportations sont très ralenties. Dans les pays confinés, la consommation de produits laitiers reste timide, surtout en Asie. Et dans cette tendance baissière, les acheteurs attendent pour passer commande. Ainsi la poudre 0 % à 1 870 €/t se rapproche de son niveau d’intervention...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les cours des ingrédients laitiers ont subi une baisse dramatique depuis deux mois. Les fabrications ont augmenté chez les transformateurs et les exportations sont très ralenties. Dans les pays confinés, la consommation de produits laitiers reste timide, surtout en Asie. Et dans cette tendance baissière, les acheteurs attendent pour passer commande. Ainsi la poudre 0 % à 1 870 €/t se rapproche de son niveau d’intervention (1 700 €/t). La cotation du beurre s’est aussi dégradée, à 2 600 €/t, malgré une moindre dépendance au marché mondial et une demande européenne qui reste bonne. Mais il se pourrait que nous ayons atteint un plancher pour ces cotations. Si nous voulons être optimistes, le pic de production est passé et, à condition que le déconfinement se déroule dans de bonnes conditions, l’activité économique devrait reprendre. Une inflexion des prix pourrait donc apparaître dès le deuxième trimestre. Si les fondamentaux de la demande mondiale que nous connaissions début 2020 ne sont pas altérés, les acheteurs reviendront vers l’Union euro­péenne. La décision politique­ de la Commission, certes tardive, d’activer l’aide au stockage­ privé des produits laitiers est aussi un signal qui est donné au marché.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER