S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Collecte maîtrisée, demande mondiale forte : 2020 sous de bons auspices

réservé aux abonnés

 - -->

Produits industriels. La demande mondiale de produits laitiers restera forte, et face à l’affaiblissement de l’Océanie, l’Europe s’impose sur de nombreux marchés.

Fin 2019, la collecte laitière restait modérée dans tous les bassins exportateurs. La faible hausse de la production européenne s’est atténuée en octobre (+0,4 %). La collecte est en baisse assez nette dans l’hémisphère sud, et notamment en Nouvelle-Zélande. En face, la demande mondiale reste très forte, en particulier sur la poudre de lait. L’Europe exporte massivement­ de la poudre 0 % et...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Fin 2019, la collecte laitière restait modérée dans tous les bassins exportateurs. La faible hausse de la production européenne s’est atténuée en octobre (+0,4 %). La collecte est en baisse assez nette dans l’hémisphère sud, et notamment en Nouvelle-Zélande. En face, la demande mondiale reste très forte, en particulier sur la poudre de lait. L’Europe exporte massivement­ de la poudre 0 % et les stocks sont descendus à un niveau très bas (moins de 100 000 tonnes). La cotation s’en ressent, et progresse régulièrement à 2 600 €/t (+170 € en un mois), niveau qui n’avait pas été atteint depuis 2014. Le beurre est remarquablement stable depuis le mois d’août, à 3 600 €/t, un niveau correct pour la période. Les dernières semaines de l’année sont toujours­ un peu particulières, avec des fromageries en pause et, de ce fait, une fabrication­ plus importante de beurre et de poudre. Cela pourrait dégrader ponctuellement les cotations, qui retrouveront toutefois leur niveau d’équilibre à l’issue de la période. Le Brexit ayant été anticipé, on ne voit pas de dangers imminents pour 2020. Avec l’affaiblissement de l’Océanie et le différend Chine-USA, l’Europe profite pleinement d’une demande mondiale qui ne faiblit pas.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER